ZENU ? : … LA CORRUPTION TUE !… SÈME LA MORT…

Les faits qui prouvent la corruption géante pratiquée par les dirigeants angolais se produisent à une telle vitesse, qu’ils ne peuvent plus les nier, se référant seulement au silence Ils savent que dans un court laps de temps, ils seront jugés par des tribunaux pénaux nationaux ou étrangers pour leurs délits.

Le dernier cas a été signalé dans Maka Angola, et montre comment un fils du président, José Filomeno dos Santos « Zenú », et son partenaire d’affaires Jean-Claude Morais Bastos ont réussi à détourner la construction du Port de Caio – qui serait le 1er port en eau profonde en Angola – dans un autre sale deal de plus de 800 millions de dollars, dans lequel l’État angolais paie et reçoit.

Le niveau de corruption en Angola, en raison de son gigantisme, est devenu le principal obstacle au développement et la principale cause de la pauvreté et de la mort dans le pays.

C’est facile de voir pourquoi. Les ressources d’un pays sont toujours limitées. L’utilisation appropriée de ces ressources est appelée économie. À tout moment, un pays dispose d’un montant fixe de ressources qu’il s’appliquera. C’est cette application de ressources qui peut entraîner le développement ou la mort. Un pays peut décider d’appliquer toutes ses ressources dans l’industrie lourde et militaire et de laisser les populations mourir, comme l’a fait Staline dans les années 1930 en Union soviétique. Un pays peut décider de créer un état social généreux et efficace, comme l’a fait l’Angleterre après la Seconde Guerre mondiale (1939-1945), en réduisant ses forces armées. Ce qu’un pays ne peut pas faire, c’est rendre ses ressources élastiques.

     

Prenez d’un côté…  et prenez de l’autre… 

Regardons le cas de l’Angola. Imaginez que la richesse que le pays produit en une année est égale à 100. C’est sur 100 que tout l’argent sort.

Si les 100 sont appliqués dans les écoles, les hôpitaux, l’éducation, les routes, l’Angola se développe, et les gens vivent mieux.Si les 100 sont appliqués dans la corruption, la négociation, les régimes, alors il n’y a pas d’argent pour les hôpitaux ou les écoles, et le pays languit.. La question est de savoir où appliquer les 100.

Dans les hôpitaux oula corruption ?.. Cela ne fonctionne tout simplement pas pour les 2.

En Angola, la réponse a été de s’appliquer à la corruption !..

Par conséquent, la corruption n’est pas innocente.

La corruption tue !..

il y a la corruption géante comme en Angola, l’argent pour les hôpitaux, les médicaments, etc. est détourné dans les poches des corrompus.

Regardez les crises sanitaires successives que l’Angola a traversées. La crise de la fièvre jaune était une catastrophe nationale; la campagne contre le paludisme doit être financée par les États-Unis, puisque la Croix-Rouge angolaise, présidée par Isabel dos Santos, n’organise que des soirées avec des pop stars, sans résultat utile.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a récemment fait écho aux déclarations du ministre de la Santé selon lesquelles « l’Angola est un pays vulnérable aux épidémies, enregistrant des flambées qui créent une surcharge dans les services de santé et compromettent la santé et la vie des citoyens, tels que la fièvre jaune, le paludisme, le choléra, le zika et le VIH/SIDA. « 

Le ministre Luís Sambo est extrêmement clair en affirmant la vulnérabilité de l’épidémie angolaise, mais en même temps, il prétend ne pas comprendre d’où cela vient. Mais le ministre, ainsi que tous les dirigeants angolais qui tirent le plus qui peuvent régimes corrompus dans leurs pays, vous savez très bien pourquoi les épidémies continuent de ravager la population de l’Angola : il ne peut pas y avoir de santé en Angola alors qu’il y a la corruption. L’argent qui devrait aller à la santé – et qui serait certainement suffisant pour améliorer considérablement les conditions de vie des Angolais – va dans les poches des dirigeants et de toute la toile de la corruption.

Tout le monde le sait. Tout le monde sait que pour avoir leurs palais, leurs avions privés, leurs fêtes avec des stars de la pop, la population angolaise doit être maintenue dans la misère et la mort. C’est un prix qui ne les fait pas cligner des yeux. Ces dirigeants, dont beaucoup de parents et de sympathisants sont inhumains, malgré l’air apparemment sophistiqué qu’ils affichent en tant que membres d’une élite prédatrice.

... O cabritismo ?…. BASTA !…

Ainsi, le concept de corruption doit être élevé à un nouveau niveau.

C’est le niveau des droits de l’homme. Étant donné le mal que la corruption cause à un pays, en tuant ses enfants et leurs aînés, en retardant son développement, en maintenant des niveaux de pauvreté exacerbés, le droit à la non– corruption doit être considéré comme un droit humain fondamental. Nous avons tous le droit d’être gouvernés de manière transparente et non-corrompue.

La corruption et les droits de l’homme sont devenus le même visage de la pièce. En faisant du droit à la noncorruption un droit de l’homme, tous les mécanismes internationaux et nationaux de défense des droits de l’homme et de lutte contre la corruption doivent être coordonnés pour fonctionner ensemble. L’ONU, l’Union africaine, l’OCDE et d’autres organisations internationales devraient compléter leurs efforts.

Parce que c’est à ce nouveau niveau, la corruption ne peut rester une affaire d’État,

En ce sens, les individus ont le droit de mettre directement en accusation (avec évidence, bien sûr)

les dirigeants corrompus sans avoir à passer par le classeur du ministre.

La justice ou le procureur général de la République En bref, la population doit réagir et exiger que

les voleurs soient jugés.

Parce que chaque kwanza ou dollar qui entre dans les poches de Zenú (ou d’autres) est un kwanza ou un dollar qui ne va pas améliorer la santé des gens.

Par Rui Verde

le 14 mars 2017 

Traduction du portugais en français : jinga Davixa

ZENU ? : … LA CORRUPTION TUE ! LES ENFANTS DE L’ANGOLA

www.pdf24.org    Send article as PDF   

16 pensées sur “ZENU ? : … LA CORRUPTION TUE !… SÈME LA MORT…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Partager
Partager