UNITEL : Dino Pistoleiro, le Général Far-West !..

   Dino & J.E.S…

Dans le cadre du procès à Paris devant le Tribunal d’arbitrage de la Chambre de Commerce Internationale, qui oppose PT Ventures (anciennement Portugal Telecom) à Vidatel (société qui assure la participation d’Isabel dos Santos dans Sonangol), et que nous avons signalé , Le général Leopoldino do Nascimento a été interrogé en tant que membre du Comité de suivi dUnitel, ainsi que d’autres acteurs interrogés sur le rôle du général angolais.
La position du Général Dino au cours de son témoignage dénote un sentiment absolu d’impunité, recourant à la fois à l’escroquerie et à la coercition en tant que formes élémentaires de gestion.

 Dino..la légèreté des arguments ?..

…Dans le témoignage direct du général Dino, il est intéressant de noter la légèreté de ses arguments. Une fois de plus, comme Isabel dos Santos, il n’assume jamais la responsabilité et, confrontée à des faits qu’il n’aime pas, il dit que ce sont des erreurs de services. Dans le cas de Dino, l’erreur est dans le département marketing; Isabel, à son tour, endosse des responsabilités aux avocats et aux comptables.

     Et il partit pour l’attaque ?.. Dino ?..

La question qui irrita Dino et le conduisit à blâmer les autres pour de prétendues erreurs était le lien entre Cochan, sa compagnie, et Unitel. Interrogé sur la nature de la relation entre Cochan (détenue par Dino) et Unitel, le général a nié l’existence de toute relation. Et il partit pour l’attaque, se rappelant qu’il était pour parler d’Unitel et non de Cochan, et que celle-ci n’avait rien à voir avec l’autre.

Cependant, les avocats interrogés ont mentionné le site Web de Cochan, qui désigne Unitel comme un investissement stratégique de cette société.

investissement stratégique ?..

Si Cochan dit qu’il investit dans Unitel, et si le général est le propriétaire de Cochan, comment pouvez-vous dire qu’il n’y a pas de lien ? 

   J.E.S & Dino

Mais Dino ne se gênait pas. Il a répondu que ce qui est écrit sur le site de Cochan est faux, que c’est une erreur du département marketing. Le général possède de nombreuses entreprises, a beaucoup de gens qui travaillent pour lui-même, et ne contrôle donc pas tout. Il s’excusa alors, dans ce cas, d’une simple erreur de son état-major, et réaffirme qu’il ny a pas de rapport, en refusant de parler de Cochan.
Plus intéressant encore… est le témoignage de João Pedro Baptista, qui était PDG de PT Ventures entre 2006 et 2008, lorsque l’hostilité du groupe qui dominait Unitel (Isabel dos Santos et Dino) était contre le PT.

 

   Dino : intimidation ?.. intimidation ?..

João Pedro Baptista a terminé un MBA à l’Université de Stanford aux États-Unis, mais n’était pas habitué aux pratiques de l’American Western. Venez les rencontrer en Angola.
Baptista qui a été reçu au bureau du général Dino à Luanda en 2006 ou 2007 pour une réunion dont le but était de trouver un point de communication entre PT et les autres actionnaires d’Unitel.
Dino se présenta dans l’uniforme d’un général et armé d’un pistolet. intimidation ?..

En s’asseyant, il prit le pistolet de son étui et il le posa sur le bureau. Bien sûr, quand il a vu le pistolet sur son bureau, avec le canon tourné vers lui, Joao Pedro Baptista a seulement voulu sortir de le plus vite possible, se sentant contraint.
L’affaire est paradigmatique: c’est ainsi que, par la coercition et la tromperie, Isabel dos Santos et le général Leopoldino do Nascimento ont fait ce qu’ils voulaient d‘Unitel.

  la fuite.. fuite.. fuite..

Quand Dino a été confronté aux déclarations de João Pedro Baptista, il a simplement haussé les épaules et a dit que Baptista avait des problèmes mentaux et devait être traité.

..Rafael Marquès, journaliste !..

La question fondamentale avec ces gens, que ce soit Isabel ou Dino, est qu’ils se              sont habitués à faire ce qu’ils voulaient, sans freinage et sans contrôle, et maintenant, confrontés aux faits, ils s’enfuient et inventent des histoires fragiles dans lesquelles seuls les imbéciles croient.

  ils s’enfuient

Je ne me souviens pas, je ne sais pas, la faute c’est le comptable ou c’est le marketing, les interlocuteurs sont fous.

Les « entrepreneurs » ?..

Et, en fait, c’est cette attitude de complète négligence et de manque de rationalité qui explique le retard de l’Angola.

 

Les « entrepreneurs » ne le sont pas. Ils sont de simples profiteurs de cadeaux et de cadeaux, sans la capacité de gérer une entreprise ou de se servir d’une argumentation.

   Nando !..
  J.E.S .. Kopelipa …

Arrogance, fierté et   inhumanité.

 

 Nous en avons terminé !

Par: Moiani Matondo

Mardi le 21 mars 2018

Mise en forme & Traduction du portugais en francais : jinga Davixa – jingadavixa@franceangola.com

www.pdf24.org    Send article as PDF   
Partager
Partager