UNITA : UNE HISTOIRE ÉCRITE PAR LE MPLA

Winston Churchill, l’excellent Premier ministre anglais qui a remporté la Seconde Guerre mondiale (1939-1945) contre l’Allemagne nazie, a déjà discuté avec un général américain comme s’il avait passé un épisode particulier dans cette guerre. Sa version était différente de celle de l’Amérique, et ils n’étaient pas d’accord. À la fin, pour conclure le conflit, Churchill a déclaré qu’il n’était pas intéressé par l’opinion américaine, parce que c’était lui, Churchill, qui allait écrire l’histoire, sa version serait pour la postérité. Et il en était ainsi. Churchill a écrit une histoire monumentale de la Seconde Guerre mondiale qui lui a valu le prix Nobel de littérature. Et sa version est devenue la vérité.

José Eduardo dos Santos et le MPLA ne sont pas Churchill et ne le seront jamais, mais ils ont également gagné la guerre contre l’UNITA et sont les seuls à écrire l’histoire de cette guerre et ce qui s’est passé. Par conséquent, ses contes, beaucoup inventés, d’autres adulterés, sont devenus des vérités.

Confuse la propagande et le roman avec la vérité historique, et crée une «légende noire» au sujet de l’UNITA. L’UNITA est le parti de la guerre et a toujours voulu la guerre; ne sait pas vivre en paix – c’est l’idée qui s’est propagée sans frein.

La «légende noire» fait partie de la falsification des événements historiques en 1992, selon laquelle l’UNITA a rejeté les résultats des élections et a repris la lutte armée, depuis elle a accepté les résultats électoraux, dans lesquels elle est systématiquement vaincue.

La vérité est différente. L’UNITA n’a jamais nié les résultats des élections de 1992. Ceci est documenté dans le Jornal de Angola, dans deux rapports historiques datés du 17 octobre 1992 « Allons faire un deuxième tour » et « Savimbi dit qu’il accepte les résultats tels qu’ils sont » -, dans nos archives documentaires. Après le premier tour des élections en 1992, l’UNITA a accepté de poursuivre le processus électoral, au deuxième tour des élections présidentielles entre Dos Santos et Savimbi, et a informé toutes les autorités nationales et étrangères.

En fait, moins de 2 semaines après que Savimbi ait accepté les résultats des élections « tel quel » – selon le calendrier et après avoir respecté tous les protocoles, y compris des lettres aux Nations UniesSes dirigeants et négociateurs de paix ont été massacrés à Luanda. Il n’y a pas eu de tentative de coup d’État de l’UNITA, comme on l’a cru à l’époque.

Une autre vérité historique: il n’y a pas de deuxième cycle ou d’élections présidentielles directesVous choisissez une liste et vous avez terminé.

Des dizaines de milliers d’angolais innocents ont perdu leur vie dans le conflit qui a suivi. Par conséquent, le mythe de la non-acceptation des résultats électoraux comme facteur de retour à la guerre et de l’oxygène subséquent de la paix n’est qu’un mythe.

 

La vérité est que Savimbi était un seigneur de guerre, tout comme José Eduardo dos Santos. La guerre était des deux côtés et, de part et d’autre, des crimes de guerre ont été commis qui pourraient facilement être tentés soit dans une commission de justice, soit dans une réconciliation.

Il est seulement possible d’assumer 2 positions sérieuses: accepter que la guerre2 côtés et que les 2 cotés sont coupables, en reconstruisant la voie sans frais; ou établir un organe chargé de faire une évaluation historique et collective des responsabilités qui, en fin de compte, produise un document valide et éprouvé sur ce qui s’est produit.

Ce qui ne peut être accepté, c’est la position manichéenne du MPLA: nous sommes bons, ils sont le diable. Non ! Les deux sont des angolais et méritent une dignité. La seule différence est que le MPLA a gagné la guerre. Sa violence, Son soutien international et Sa propagande ont été plus efficaces que la violence de ses adversaires.

Étant donné que le MPLA a toujours maintenu le contrôle du pouvoir, pourquoi n’a-t-il pas entendu au cours du processus de paix les nombreux appels des églises et de la société civile pour qu’une commission de réconciliation soit établie ? La vérité est que le MPLA veut toujours que l’histoire soit à lui.

Nous allons toujours avoir le temps de discuter de la nature passive de la guerre, afin que les nouvelles générations connaissent l’histoire réelle de l’Angola, sans les manipulations du MPLA, et de donner un repos définitif à toutes les victimes du MPLA et de l’UNITA.

S’il y a un châtiment que l’UNITA et l’opposition peuvent mériter aujourd’hui, ce n’est pas à cause de son passé, mais en raison de son incapacité à articuler une défense compétente des intérêts de la majorité des angolais, dont beaucoup ont voté pour ces élections.

Malheureusement, l’opposition est faible en termes de stratégies politiques, de leadership et de compétences en communication.

C’est ici que, au niveau de la société, nous devons exiger le changement: les partis politiques prennent la peine de chercher des gains en termes de compétences et de leadership.

Les défenseurs du MPLA soutiennent souvent que toute critique constante de leur parti est une infraction pénale. Ce que ces hérauts cherchent à se déguiser, c’est que les dirigeants du MPLA volent tous les jours, déshonorent les angolais tous les jours, font souffrir les angolais chaque jour. C’est pourquoi nous avons le taux de mortalité infantile le plus élevé au monde. C’est pourquoi nous avons probablement le plus haut taux d’analphabétisme fonctionnel dans le monde, où les gens pensent simplement que, étant du côté du pouvoir, ils ne seront plus victimes de leurs abus, ils apporteront du pain à leur bouche et s’élèveront dans la vie par la corruption .

Les menaces de guerre qui ont été avancées par ceux qui sont obsédés par le pouvoir du MPLA ne sont pas vraiment des menaces de guerre….

Ce sont des menaces de massacres !...

L’UNITA est depuis 15 ans un exemple de paix, s’acquittant de ses obligations envers la démocratie. Il n’y a qu’une seule armée sous le contrôle absolu du MPLA. Il n’y a donc aucune chance de guerre, mais seulement de massacres

Avec ses insinuations le MPLA suggère que, si nécessaire, le régime poursuivra encore un autre massacre pour se perpétuer au pouvoir. Le suffrage n’a servi qu’à utiliser les personnes comme une forme de légitimation. Si cela ne fonctionne pas, Il n’hésitera pas à recourir à la force.

Dès que le théâtre finira, le gouvernement / MPLA crachera de nouveau sur les gens, avec l’arrogance de ceux qui ne gouvernent que pour servir des intérêts personnels et collectifs.

Angola, réveille-toi !

Par Paulo Zua

 dimanche 3 de Septembre 2017 

Traduction du portugais en français . jinga Davixa

 

www.pdf24.org    Send article as PDF   

3 pensées sur “UNITA : UNE HISTOIRE ÉCRITE PAR LE MPLA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Partager
Partager