UNITA : Le général « Ben Ben » aura-t-il droit aux honneurs militaires … en Angola ?..

Johannesburg – Suite à une demande exprimée par la Famille, ensuite par l’UNITA, le Président de la République, João Manuel Gonçalves Lourenço a écrit à son homologue sud-africain, Cyril Ramaphosa Matamela demandant l’exhumation et le rapatriement du corps du général angolais Arlindo Chenda Isaac Pena (photo) , ancien Vice-chef d’Etat Major des FAA, enterré dans ce pays depuis 1998.

Source: Club-k.net

Aura droit aux honneurs militaires en Afrique du Sud,.. … et en ANGOLA ?..

Cyril Ramaphosa, à son tour, nommé un conseiller de la présidence sud-africaine qui s’est rencontré jeudi (6) dans ce pays avec une délégation indiquée par l’UNITA, dirigée par le général à la retraite Kamy Pena qui a voyagé au cimetière Zandfontein , dans la ville de Pretoria, pour vérifier les conditions de la tombe du général angolais.

Les conditions d’exhumation ont été convenues prochainement et pour le milieu du mois en cours, il en va de même pour Luanda.

Avant le départ, il sera rendu un honneur militaire à l’aéroport militaire de Watkloof à Pretoria, en tant que normes de protocole de l’Etat sud-africain quand il s’agit du corps d’un militaire d’un rang élevé.

Die, 19 Octobre 1998, dans une atmosphère de conflit entre le gouvernement angolais et l’UNITA, les autorités sud-africaines ont décidé à l’époque, embaumer son corps, et sceller une urne elle-même de telle sorte que, à tout moment la famille pouvait prétendre leur rapatriement en Angola.

Son enterrement en Angola était initialement prévu pour la fin de cette année dans la province de Bié , Lopitanga, en même temps, que serait enterrés les restes de son oncle, Jonas Malheiro Savimbi, et d’autres responsables de l’UNITA, assassinés par les forces gouvernementales en 1992, à Luanda, à la fin des premières élections générales dans le pays.

                                De gauche à droite : Miguel N’zau Puna, Jonas Malheiro Savimbi et le général Arlindo PENA,.. « BEN BEN »

L’UNITA, selon la source de Club-K, propose au gouvernement de nouvelles dates qui seraient Février ou Mars 2019, que dans son désir, coïnciderait avec la date de la mort de Savimbi, ou avec la fondation du parti.

La question du rapatriement des restes mortels de ces officiers de l’UNITA avait commencé à être réclamé par la direction de Isaias Samakuva, lorsque Eduardo José dos Santos était encore Président, qui s’était montré défavorable à donner des résultats à ce sujet, pour des craintes alléguées que le site d’enfouissement se verra attirer l’attraction des citoyens et des touristes intéressés par l’histoire de Savimbi.

Arlindo Chenda Pena, qui aura finalement ses restes transférés en Angola, était un combatant, également connu sous le nom « Ben Ben » en l’honneur du leader révolutionnaire algérien, ABB.**  (en cours de vérification)

Il avait suivi une formation militaire en Europe et avait été qualifié comme ‘instructeur d’artillerie à l’Académie Royale de guerre du Maroc.

En 1992, déjà, il avait échappé à une 1ère tentative d’assassinat par les agents du président José Eduardo dos Santos à Luanda lorsqu’ils se sont échappés, dans une voiture avec son frère, Elias Salupeto Pena, qui lui avait été assassiné durant cette exfiltration à la périphérie de la commune de Sambizanga.

 A gauche: Abel Chivukuvuku. Au centre: Salupeto Pena, jérémias Chitunda et le général Ben-Ben,… tous 3 assassinés depuis …

Au cours de nouveaux pourparlers entre le gouvernement et l’UNITA,  de retour à Luanda, après des années culminants avec leur intégration dans l’armée angolaise, où il a occupé le poste de Vice-Chef d’état-major de la FAA.

En fait, il était chef décoratif (il n’était pas chargé de missions). Il finit par rester le plus à la maison et la situation la secouait. Il n’était appelé qu’à être présenté lorsque des délégations étrangères se rendaient à Luanda.

Le 14 octobre 1998, il a été évacué en Afrique du Sud après une visite au poste de santé de l’armée qui lui a attribué le paludisme. Dans le même temps, les services de l’intelligence sud-africaine a téléphoné au SG, l’UNITA, à l’époque  Paulo Lukamba « Gato », à Bailundo, à transmettre à Jonas Savimbi que son neveu allait mourir d’avoir été infecté par des bactéries de laboratoire.

Après 5 jours, le général « Ben Ben » n’a pas résisté et a fini par mourir dans une clinique de Johannesburg pour parait-il « paralysie rénale et problèmes pancréatiques« .

A l’ époque la direction de l’UNITA, à partir de Bailundo avait rejeté la version du gouvernement de l’Angola comme la mort de « Ben Ben » avertissant qu’elle disposait d’ informations selon lesquelles les experts-spécialistes sud-africains ont décelé au cours de l’autopsie des substances toxiques contaminantes, dans le sang du général « Ben Ben »

A Luanda, le suivi de l’évacuation de « Ben Ben », vers l’Afrique du Sud était à la charge du général Antonio Jose Maria, ancien chef du renseignement militaire, générant méfiance à l’égard de la véracité de la version présumée du paludisme comme la cause de sa mort.

Il y a 8 ans, Demarte Dachala Pena, fils de « Ben Ben », a sorti en Afrique du Sud, où il vit, un livre intitulé My Royal Rebel blood, (Behind theses scars)”, (« Mon Sang Royal Rebelle, (Derrière ces cicatrices »)).

en portugais Por detrás das magoas do meu sangue rebelde”, (« Derrière les cicatrices, mon sang rebelle, ») dans lequel il a exprimé de sérieux doutes sur la mort de son père du paludisme, comme le prétend la version du régime angolais actuel.

le 08 Septembre 2018

Traduction du portugais en français : jinga Davixa – E_mail : contact@franceangola.com

Partagez cet article

www.pdf24.org    Send article as PDF   

3 pensées sur “UNITA : Le général « Ben Ben » aura-t-il droit aux honneurs militaires … en Angola ?..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Partager
Partager