UN « PAQUEBOT-HÔPITAL » A LA RESCOUSSE DE CE PAYS PAUVRE….L’ANGOLA !

Le navire-hôpital « Peace Ark » de la marine chinoise est entré jeudi dans le port de Luanda, son premier passage en Angola, fournissant des services médicaux gratuits à environ 500 Angolais pendant une semaine.

Dans un pays pauvre comme le nôtre, que par des « forces » l’ancienne première dame, Ana Paula dos Santos, pour aller à Londres pour regarder la dernière partie de la grossesse de sa fille, Joseana Lemos dos Santos, et par conséquent la naissance, toute aide est la bienvenue.

Selon les informations officielles publiées à la presse sur la visite du navire, le navire, 178 mètres de long et d’une superficie totale de 4000 mètres carrés, dispose de huit chambres pour les chirurgies et 300 lits d’hospitalisation, avec 115 professionnels de la santé à bord.

Depuis 2008, le navire a traversé 34 autres pays dans des missions médicales et humanitaires.

Selon Guan Bailin, commandant de ce navire de l’Armée populaire de libération de Chine, cette mission vise également à renforcer les relations entre la Chine et l’Angola.

Après avoir quitté Luanda, l’arche de la paix est attendu par le Mozambique et la Tanzanie.

Des salles de radiologie, une unité de soins intensifs de 20 lits, des salles d’examen gynécologiques, des services dentaires et même des médicaments traditionnels chinois, ainsi qu’un hélicoptère d’évacuation, opèrent également à bord du navire.

Entre 2010 et 2015 seulement, dans des missions en Asie, en Afrique, dans les Amériques et en Océanie, Peace Ark a fourni des services médicaux et humanitaires à 120 000 personnes dans 29 pays.

Pendant le séjour à Luanda sont également prévues des actions conjointes avec les médecins de la Navy et de l’Angola, pour échanger des expériences.

Pays pauvre pour la majorité 

En mai 2014, le représentant de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) en Angola a admis à Luanda qu’il serait possible d’éradiquer complètement la faim dans notre pays au cours des dix prochaines années.

C’est maintenant seulement sept ans. Même ainsi, c’est un cas à demander: si longtemps ? Bien sûr. Mais pour cela, c’est certainement une condition sine qua non que le MPLA reste au pouvoir pour encore 30 ans. À tout le moins, additionnez.

Cette perspective a été exprimée lors de la signature d’un accord entre le ministère de l’agriculture et la FAO sur la contribution financière du pays au Fonds fiduciaire africain de solidarité pour l’Afrique, qui vise à éradiquer continent jusqu’en 2025.

 

Champagne !……pour tout le monde !…..

« Je suis certain d’avance que l’Angola sera en mesure d’éradiquer complètement la faim et l’insécurité alimentaire bien avant 2025″, a déclaré le représentant de la FAO en Angola, Mamoudou Diallo.

Soutenu par les pays africains, le Fonds fiduciaire a été lancé en juin 2013 et a reçu des dons de la Guinée équatoriale, de l’Angola et d’un groupe de la société civile de la République du Congo, pour un montant total de 29,3 millions d’euros. dans les pays africains pour éradiquer la faim et réduire la malnutrition et la pauvreté

« Nous travaillons, les agriculteurs produisent, les entrepreneurs produisent, tout est fait pour que nous puissions prendre des mesures significatives dans la lutte contre la faim et la pauvreté« , a déclaré le ministre de l’Agriculture de l’époque, Afonso. Pedro Canga.

L’accord signé entre le ministère de l’Agriculture et la FAO confirme le don angolais d’environs 7,3 millions d’euros au fonds.

« Contrairement à de nombreux autres pays africains, après seulement 12 ans de paix, l’Angola témoigne de sa solidarité effective pour l’Afrique et est un exemple que tous les Africains devraient exalter », a déclaré Mamoudou Diallo.

Et nous, bien sûr, dans la folha 8, participons à l’exaltation. Même parce que, avouons-le, c’est bien de donner de nouvelles chaussures aux enfants de nos voisins quand nos hommes marchent pieds nus. De plus, il est un exemple qui est, entre autres, un hommage mémorial à la femme la plus riche en Afrique, pour signe fille d’un président qui était de 38 ans au pouvoir et, en dépit de ne jamais avoir été nominalement élu, est une référence dans l’histoire démocratique de tout le continent.

La République centrafricaine, l’Éthiopie, le Malawi, le Mali, le Niger et le Sud-Soudan (Etat en faillite depuis sa naissance) ont été les premiers pays à bénéficier de ce fonds de solidarité africain, recevant 1,4 million d’euros chacun , selon l’accord conclu le 28 mars 2014 en Tunisie.

«En tant que donateur, l’Angola sera directement associé à l’identification et à la mise en œuvre de ces projets, ce qui pourrait améliorer le cadre national angolais», a déclaré le représentant de la FAO en Angola.

Selon le ministre de l’époque, Afonso Pedro Canga, cet accord est entré en vigueur immédiatement et les fonds donnés par le pays « peuvent déjà être utilisés pour la mise en œuvre des projets, pas en Angola mais dans d’autres pays africains ».

En dépit de notre énorme vocation philanthropique, il est également vrai que l’Angola figure parmi les dix pays les plus dangereux à naître, en tête du classement mondial de la mortalité infantile. Mais qu’importe ?

  Cependant, conscient du fait que l’Angola est un pays pauvre (à l’exception des propriétaires de la richesse, presque tous inextricablement liés au régime du MPLA), la Banque mondiale (BM) a publié au début de 2014 quand Gouvernement Eduardo Santos de soutien aux projets d’infrastructure et à l’agriculture.

La Banque mondiale soutient le gouvernement angolais dans la mise en œuvre du Plan national de développement 2013-2017, qu’il décrit comme «très cohérent». En fait, il n’était pas nécessaire de le dire. Nous savons tous que tout ce que le gouvernement fait – ou n’est pas dirigé par le «choisi de Dieu» – est «très cohérent».

« Il y a beaucoup de besoins et le gouvernement a un programme très cohérent et la Banque mondiale soutiendront financièrement, par la Banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD), qui est la partie clé de la Banque mondiale », a déclaré le chef de la Banque mondiale, Gregor Binkert.

Les projets agricoles, familiaux ou commerciaux sont inclus dans le financement annoncé, a déclaré le directeur des opérations de la BM Angola, ajoutant: « Définissons les priorités, les mécanismes et comment nous pouvons optimiser les ressources de la BM ». L’argent peut être utilisé comme garantie pour la mise en œuvre de «l’ingénierie financière».

«Avec cette garantie, nous pouvons tirer parti de plus de financements du secteur privé, c’est-à-dire des banques, mais aussi des fonds de pension qui veulent investir, qu’il s’agisse de banques nationales ou internationales qui souhaitent investir en Angola». Binkert.

La promotion de l’agriculture en Angola est une priorité, selon ce qu’a déclaré Gregor Binkert en 2014, et est fondamentale pour lutter contre la pauvreté et créer des emplois.

 

 

« Il est très important parce qu’il y a beaucoup de gens qui travaillent dans l’agriculture », a t-il noté dans une révélation qui a stupéfié l’assistance parce que, en fait, peu – pense que le représentant du BM – ceux qui savent que la majorité écrasante de notre peuple a survécu grâce à l’agriculture familiale…

 

 

 dimanche 22 octobre 2017

Traduction du portugais en français : jinga Davixa   (Corrections à venir..)

Partagez cet article

 

www.pdf24.org    Send article as PDF   
Partager
Partager