SONANGOL : LES « PERIPATETICES » D’ISABEL DOS SANTOS…

 Isabel dos Santos, dans sa robe de femme d’affaires puissante, a donné une autre interview dans son auto-exil de Londres. Cette fois, c’était avec l’agence de presse traditionnelle Thomson-Reuters. Qu’il soit enregistré: ce n’est pas l’opposition, ni aucun activiste ou membre de la société civile qui choisit la presse étrangère pour faire des déclarations sur l’Angola. C’est Isabel dos Santos elle-même.

Accordée à la journaliste, Allessandra Galloni, l’interview – ton doux – contient plusieurs aspects dignes de mention.

Ce que nous sommes le plus intéressés à analyser sont les déclarations sur la Sonangol, qui, sans aucune sorte de contradiction, ont été reproduites partout.

Isabel dos Santos décrit une nouvelle ère pour Sonangol, en peignant une image qui n’a rien à voir avec la réalité.

Elle commence par dire que quand elle a été nommée présidente du conseil d’administration de Sonangol, elle a fait face à une tâche énorme parce que le baril de pétrole était 25,00 $, représentant une baisse de 40% des revenus de l’entreprise, laissant un fardeau financier important surmonter.

Ce qu’Isabel n’a pas expliqué, c’est qu’entre-temps le baril de pétrole est au-dessus de 50 $ US, c’est-à-dire que son prix a doublé. Bien sûr, le ralentissement financier de Sonangol a radicalement changé. Ou pas ?..

Isabel a également informé l’interviewer qu’elle avait fait une grande réduction des coûts

Mais il a omis de préciser que la majeure partie de la réduction des coûts résultait du report de paiements (voir Maka Angola, par exemple ici), ou de défauts contractuels qui ont entraîné de lourds litiges de plus de 2 milliards de dollars, tout comme Cobalt voir ici).

Par la suite, Isabel parle d’un diagnostic complet de l’entreprise, qu’elle aura réalisé avant d’introduire des changements, en abordant les principales compétences de la main-d’œuvre pour s’assurer qu’elle a le bon talent.

Ce diagnostic et, surtout, ses résultats et propositions de changement ne sont pas connus. La restructuration d’une société de la taille de Sonangol n’est pas le travail du président du conseil d’administration et un noyau de consultants. C’est évidemment le travail de tous les cadres de l’entreprise, qui doivent être impliqués, sinon tout échoue, comme enseigné dans la littérature de gestion.

De plus, puisque Isabel ne dévoile pas sa vision ??.. ou ses objectifs ??.. en termes de chiffres financiers, comment pouvons-nous savoir si elle a réussi ou non ?

La Général Electric, l’une des principales sociétés mondiales, a un nouveau PDG, John Flannery, qui a annoncé une restructuration majeure de la société. L’un des éléments clés est que le nouveau chef de la direction présentera publiquement, le 13 novembre, les objectifs financiers à jour et présentera sa vision à l’entreprise.

Isabel dos Santos a-t-elle présenté une vision et quelques objectifs financiers à atteindre ? Eh bien, c’est précisément à propos de cette vision et de ces objectifs dont nous devrions parler. Pas sur des platitudes génériques sans substance.Les mots d‘Isabel dos Santos sont une insulte à l’intelligence, car ce ne sont que des généralisations et des ornements tirés des manuels de gestion:

« C’était très excitant quand nous avons nommé de nouveaux membres du conseil d’administration, nous avions le sens de la mission. Quelque chose que nous pourrions devenirun défi passionnant », nous lisons, parmi beaucoup d’autres phrases vaines. Plus tard, Isabel ajoute que ce qu’elle voulait était de faire un changement de culture au sein de l’organisation: « Plus strict sur les dépenses; l’excellence dans tout ce que nous faisons; plus de transparence (…). «  » Nous devons gérer cette entreprise de manière transparente. « 

Dire cela ou peindre un paysage avec une petite maison et un soleil est la même chose. Tout enfant le fait.

Gérer de manière transparente, c’est savoir va l’entreprise. Quels sont les chiffres que vous voulez atteindreet quantifier.

Administrer de façon transparente c’est de créer une chaîne de commandement claire et bien connue, ne pas utiliser un supposé représentant du président du conseil d’administration, un étranger à la société appelé Mário Leite da Silva, pour donner les ordres…. en votre nom.

La gestion transparente est responsable périodiquement. C’est savoir combien Isabel dos Santos paie les consultants étrangers qu’elle a engagés pour Sonangol. La transparence, c’est Isabel dos Santos, explique pourquoi ses sociétés privées à elleUCALL, Candando, Wise Intelligence Solutions et d’autres – pompent de l’argent chez Sonangol. Les sociétés de référence sont responsables pour le trimestre ou la période de 4 mois. La Sonangol est connu le Rapport et les Comptes de 2016, qui a été présenté en juin 2017 et … rien de plus.

Isabel gère Sonangol à distance,

par l’intermédiaire de consultants étrangers, et cela ne fonctionnera pas sans son père à la présidence, qui a transformé son arrogance et son chouchoutage au pouvoir.

Une entreprise est créée sur le terrain, à Luanda, pour motiver les travailleurs, diriger la gestion et informer le public. Isabel dos Santos, cependant, depuis qu’elle est devenue présidente du comité exécutif de Sonangol a & Produção (noyau dur des opérations de la compagnie pétrolière nationale), ne mettez pas les pieds

vendredi le 20 octobre 2017

Traduction du portugais en français : jinga davixa ( Corrections à venir !..)

 

PDF Creator    Send article as PDF   

3 pensées sur “SONANGOL : LES « PERIPATETICES » D’ISABEL DOS SANTOS…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Partager
Partager