MPLA : José Eduardo dos Santos, complètement acculé dans les cordes,.. est poussé vers la sortie…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Graça Campos, journaliste..

Ce fut une semaine foudroyante pour le leader du MPLA. La réunion du Comité Central se terminait presque avec les « irréductibles » imposant la tenue du Congrès Extraordinaire en juin prochain et non à la fin de l’année ou en avril 2019, comme le prétend JES.    

En juin : ordre du jour l’avenir de son leader.

José Eduardo dos Santos est en train d’échouer sur toute la ligne, dans son désir personnel d’étendre sa permanence à la direction du MPLA au-delà de 2019. Selon des sources fiables du Correio Angolense, à un moment où la réunion du Comité central de ce vendredi 16, n’était pas encore terminée, le conclave avait fortement tendance à marquer en juin prochain la tenue du Congrès extraordinaire du MPLA, qui aura au centre de l’ordre du jour l’avenir de son leader.

.irréductible et.immédiate ?..

« Si les « irréductibles » restent en pole position, ce ne sera pas en Décembre 2018 ni Avril 2019. [Mais] ce sera en Juin prochain [que se tiendra le Congrès extraordinaire], » faire avancer à la fois la source de ce journal que cette question a été finalisée.

Toujours selon la source, la proposition des « irréductibles »,

..pour une sortie..immédiate ?..

formés par partie en cours d’arc administrateurs souhaitant sortie immédiate de la direction de JES est conforme à une autre question en session (chauffée) (précédents) membres du Comité Central basés à Luanda s’est tenu mercredi par le Comité provincial du MPLA.


JES, comme on le sait, est intervenu à l’ouverture de la réunion du Comité Central ce vendredi, avec une proposition sur les termes de laquelle le Congrès extraordinaire aurait lieu en décembre de l’année en cours ou en avril 2019.

Départ ??….d’ici 2018 au plus tard ?..
..incrédulité ?..

Passé comme un fait accompli dans les nouvelles de l’état tardif majeur des médias, la radio nationale et la télévision publique de l’Angola, le projet de JES a été accueilli avec incrédulité par les angolais, car il contredit toute la ligne le mot qui avait promis d’annoncer en 2016 qui abdiquerait de la direction du MPLA d’ici 2018 au plus tard.

En fait, c’était une fois de plus, Dos Santos à apparaître dans sa facette de joueur de poker politique. C’est-à-dire, essayer tout-pour le-tout afin tromper ses pairs du partiet les angolais en général – en leur imposant la continuité de sa présence en tant que leader du MPLA. Dans ce « bunker » il s’est retranché après avoir quitté l’Etat, et de là a cherché à influencer les desseins de l’Etat, perturbant la gouvernance du nouveau président de la République.

Il est déjà connu que pour aller de l’avant avec la proposition avec les 2 scénarios de JES, le pays devrait le faire pour un temps indéterminé. Personne ne pouvait dire avec certitude quand il quitterait réellement le perchoir. Avril 2019 arriverait et, très probablement, JES, le ‘professeur de dit-par-non-dit’, lutterait avec un nouvel argument devant ses pairs de la direction du MPLA.

..un argument fallacieux ?..

En outre, c’est avec un argument complètement fallacieux que JES a tenté de transmettre sa proposition à la réunion du Comité central aujourd’hui, annonçant qu’il devait suivre la mise en œuvre du processus d’institutionnalisation des municipalités en Angola. Après tout, il y a dans le gouvernement et dans le parti qui le soutient d’innombrables autres personnalités capables d’accomplir cette tâche.

Il y a même des experts qui accompliraient cette mission bien mieux que lui. Un nom, parmi beaucoup d’autres, serait de Carlos Feijó, ce n’est pas par hasard que JES l’a appelé à prendre en charge le secrétariat du Bureau politique chargé de la réforme de l’Etat – un élément qui, comme on le sait, vise à fonctionner exactement comme une courroie de transmission entre le parti et les structures de l’exécutif réellement chargées de matérialiser les collectivités locales et les collectivités territoriales du pays.

une «préoccupation»…très tardive ?..

En fait, cette «préoccupation» de JES avec les municipalités est déjà très tardive. Toujours à ce niveau, le temps qu’il était à la tête du gouvernement était chargé de montrer le peu d’importance que cette affaire méritait et la légèreté avec laquelle il était traité. Depuis l’époque le MPLA a conçu le soi-disant «Agenda national de consensus», toujours au début des années 2000, nous avons parlé de la mise en place de municipalités dans le pays. Mais tout était rhétorique et la vérité est que l’Angola est encore loin de les mettre en œuvre.Pire encore: José Eduardo dos Santos, l’auteur du fameux slogan « La vie est faite dans les municipalités« , n’a en réalité pas fait grand chose pour faire avancer rapidement les tâches préparatoires de l’institutionnalisation des Municipalités. Il était, en fait, le timonier d’une stratégie qui cherchait à remettre à plus tard, par des stratagèmes politiques, la consommation de cette nécessité.

..irresponsablement ?..
..intérêts $ personnels ?..

On se rappelle tous que lors de la convocation des élections générales dans le pays en 2012, il avait promis que les élections municipales auraient lieu 2 ans plus tard. Eh bien, 2014 est déjà derrière nous depuis 2 ans, et les gouvernements locaux en Angola n’ont absolument rien. Tout allait de la conversation au bœuf endormi, et irresponsablement promu par la plus haute figure de l’État, qui devrait être l’exemple dans cette affaire.

Enfin, dans un parti qui possède les cerveaux les plus capables de diriger le pays, son leader a constamment généré des arguments systématiques pour maintenir une position il peut influencer le jeu politique en Angola, pas avec la noblesse de fins, mais seulement dans le but de sauvegarder ses $$ intérêts $ personnels $$, ce qui inclut naturellement les membres de sa famille.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

..avec..le « coeur du père » ?..
Isabel.la fille ?..de coeur ?..

Mais en fait, en regardant de plus près comment JES est permafant dans la direction du MPLA, nous arrivons à la conclusion qu’à ce stade, il sera déjà essentiellement de raisonnement avec        le « coeur du père » et non pas comme le chef concerné par les intérêts du pays et des citoyens en général. Il est clair que maintenant le motif pour lequel JES essaie de garder l’avance sur le parti est principalement de restreindre et d’influencer les processus judiciaires qui sont sur le point de se déchaîner sur 2 de ses enfants, Isabel dos Santos et José Filomeno « Zenu »   
Sur le point d’être un octogénaire, ce sera déjà avec sa progéniture que JES est essentiellement concerné. Beaucoup plus que safar, éventuellement votre propre fourrure.

 

 

le 17 mars 2018

Mise en forme & Traduction du portugais en francais : jinga Davixa (corrections en cours…)

E_mail : jingadavixa@franceangola.com

 

 

 

 

 

www.pdf24.org    Send article as PDF   

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Partager
Partager