MOZAMBIQUE : la société civile en a assez de l’impunité des attaques,.. contre les journalistes et la liberté d’expression…

La société civile dit basta !.. à l’ impunité au Mozambique.

  .. le journaliste Ericino de Salema

Les organisations de la société civile adressent des pétitions au Parlement mozambicain contre les attaques contre la liberté d’expression. La police affirme qu’elle « ne compte pas ses efforts » dans l’enquête sur l’enlèvement du journaliste  Ericino de Salema. 

 José Macuane.., torturé..

Environ une semaine après l’enlèvement de l’avocat et commentateur politique Ericino de Salema, les organisations de la société civile ont présenté ce mardi (04/03) une pétition au président du Parlement, Verónica Macamo, nécessitant l’intervention de l’Assemblée nationale et les institutions de Etat pour mettre fin au climat d’intimidation de la population et de la liberté d’expression. 

« En tant que représentants du peuple, nous pensions que c’était un point d’entrée pour accéder à tous ces établissements, pour dire que ça suffit, assez d’intimidation et d’agression qui, dans certains cas, a entraîné la mort », a déclaré Zelia Menete, porte-parole du groupe des organisations de la société civile. 

Les organisations de la société civile regrettent qu’aucun des cas, des citoyens enlevés, des assassinés car exprimant leurs points de vue n’ait donné lieu à la responsabilité de manière claire et visible de leurs auteurs ou instigateurs.

La police « ne compte pas ses efforts »

Le porte-parole de commandement général de la police de la République du Mozambique (PRM), Inacio Dina, a déclaré ce mardi (03/04), lors d’une conférence de presse, qui poursuivent des enquêtes sur l’enlèvement de commentateur Ericino Salema, a eu lieu en la semaine dernière dans la ville de Maputo. « La police ne mesure pas les efforts, nous sommes inconditionnellement déterminés à identifier et à arrêter ceux qui ont été la cause du crime« , a-t-il déclaré.

Les journalistes ont demandé à Inacio Dina pourquoi les proches d’Ericino de Salema n’ont pas encore été entendus dans le processus d’enquête. « Nous sommes ouverts à recevoir toute information et tout élément. En ce moment même, nous apprécions tout ce qui peut indiquer l’identification et l’arrestation des auteurs », a déclaré le porte-parole.

 José Macuane.., kidnappé…
Gilles Cistac a été  ABATTU…

Face au fait que la police n’a pas précisé tout cas dans le passé similaire, y compris celui qui avait la victime analyste politique José Macuane, kidnappé et torturé par des hommes non identifiés, en plus du professeur Gilles Cistac, ABATTU abattu, Inacio Dina dit que les enquêtes se poursuivent et que, dans les meilleurs délais, «des éléments seront présentés pour définir ce qu’est la clarification».

Les Mozambicains arrêtés en RDC ?

Au cours de la conférence de presse, DW Africa se demandait si le porte-parole de commandement général PRM a confirmé l’information distribuée indiquant qu’un groupe mozambicain a été arrêté dans une base présumée en République démocratique du Congo (RDC), où iriez la formation militaire de prendre part à des attaques armées à Mocimboa da Praia, Cabo Delgado région dans le nord du Mozambique, qui a été ciblée par les attaques des hommes armés depuis Octobre dernier.

Inacio Dina n’a ni confirmé ni infirmé l’information, mais a indiqué que plusieurs arrestations avaient déjà eu lieu dans le cadre des attentats de Mocímboa da Praia. « Plus de 300 personnes ont été arrêtées« , a déclaré le porte-parole, ajoutant que les arrestations se poursuivaient.

« Ces gens sont détenus un niveau national et en dehors du territoire national, mais il y a des preuves claires et la preuve de leur participation. Certains témoins affirment avoir participé et ont fui à quelqu’un dupés par des points tiers des parties continuent également d’être populaire, » rapporté.

Inacio Dina a ajouté que la vie a tendance à revenir à la normale à Mocímboa da Praia. « La réduction du niveau de taux d’insécurité est satisfaisante, parce que les gens suivent des cours et reprennent leurs activités. Et plusm le travail de prévention lieu afin que les mêmes incidents ne se produisent pas sur le terrain », a t-il dit.

DW africa – le 02 Avril 2018

Partagez cet article

Traduction du portugais en francais : jinga Davixa

 

www.pdf24.org    Send article as PDF   

Une pensée sur “MOZAMBIQUE : la société civile en a assez de l’impunité des attaques,.. contre les journalistes et la liberté d’expression…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Partager
Partager