ANGOLA : MANDELA ET DOS SANTOS, LE GÉANT ET … LE NAIN (LE PYGMÉE)…

(Vérifications et corrections en cours !…) avec toutes nos excuses …

Photo : Jonas Malheiro Savimbi & Nelson Mandela

L’ancien Président de la République sud-africaine, Nelson Mandela, qui est né le 18 Juillet 1918, a exhorté encore et l’humanité à créer un monde meilleur avec plus de justicede liberté  et de droit, pour tous.  Ce serait bien. eh oui, monsieur … José Eduardo dos Santos.

L’ancien président et lauréat du prix Nobel de la paix, qui a passé 27 ans dans les geôles sud-africaines pour avoir osé résister à la domination de la minorité blanche, a également déclaré à plusieurs reprises que « il est dans nos mains pour créer un monde meilleur pour tous ceux qui y vivent. »

Rappelez-vous !..  que José Eduardo dos Santos a fait face, c’est-à-dire, des critiques pour ne pas avoir décrété un jour de deuil et n’est pas allé à l’enterrement de Nelson Mandela ?

Tout cela sans raison. Après tout, qui était, est et sera toujours, Madiba pour le Président angolais (champion de la liberté et de la réconciliation) qui se sent obligé d’être présent ?

Oui, dans un continent où Eduardo dos Santos est le plus important, aucun sens sa présence. Il est également reconnu que l’envoi du vice-président était un acte magnanime que les Africains du Sud n’oublieront jamais …

L’absence d’Eduardo dos Santos, en vérité, n’a pas surpris. Son esprit de réconciliation était toujours visible.

A partir du moment que Nelson Mandela avait reçu ce terroriste terrible et ennemi public mondial, qui a le nom de

Jonas Malheiro Savimbi, 

il a été rayé de la liste des grands hommes d’État, qui est – bien sûr – dirigée par José Eduardo dos Santos lui-même.

Il est dit, aucune raison pour laquelle il appartient à une classe divine qui ne peut pas être jugée par de simples mortels, que le Président José Eduardo dos Santos a été critiqué même au sein de son propre parti. Rien de plus injuste. Le MPLA devrait vous tout est et ce qui sera. Devrait même reconnaître et féliciter le fait que son président ne se mêlaient pas avec l’écume du monde. Hors le président et chef suprême de la Corée du Nord, Kim Jong-un, et peut-être Teodoro Obiang, vous ne voyez pas qui atteint les talons de Dos Santos.

Le monde sait, et par extension également le MPLA, que Nelson Mandela qui n’a pas été l’icône de la lutte contre « l’apartheid » en Afrique du Sud, ou le paradigme de la liberté et de la réconciliation. Ceci est un attribut, parmi beaucoup d’autres, exclusif Eduardo dos Santos.

Consterné si les observateurs José Eduardo dos Santos avait rien dit à propos de l’héritage de Madiba. Santa ignorance. La nécessité de parler de l’héritage parler de son ou non, il était le chef historique qui, en plus d’un ambitieux programme de reconstruction nationale et « (nous citerons le Jornal de Angola) » ses actions ont conduit à la destruction du régime « apartheid », il avait un « rôle clé dans la SADC et CDEAO » et « son influence dans le golfe de Guinée a permis des équilibres politiques autant que des progrès importants dans la crise de Madagascar. »

En fait, soyons franc, Eduardo dos Santos n’avait rien à apprendre de Mandela. Au contraire il aurait été logique. La réconciliation initiée par Madiba est quelque chose archaïque qui n’a jamais fait sens de nos jours, concilier moyens d’arrêter, de torture et assassiner. Cela signifie être des dizaines années au pouvoir  sans jamais avoir été élu (aujourd’hui, il n’a pas été nominalement), cela signifie avoir au moins deux types de citoyens, les premiers (attachés au régime) et les autres esclaves au service de Sa Majesté.

Eduardo dos Santos il y a beaucoup des valeurs plus pertinentes.

Comparer Nelson Mandela et Eduardo dos Santos equivaut à dire que les cours d’eau sont nés dans la mer. Tous, ou presque, nous savons que c’est n’est pas. Mais si, un jour, le « choisi de Dieu » il, un jour, il se produira.

Contrairement à Mandela, comme dite sur la page de biographie du Président, « José Eduardo dos Santos ne gouverne pas depuis une trentaine d’années. Il est le chef d’un peuple face à armes à la main l’invasion des armées étrangères et leurs alliés locaux « .

« José Eduardo dos Santos a été le chef militaire qui a renversé le régime de l’apartheid », le même qui avait emprisonné Nelson Mandela. José Eduardo dos Santos a accepté que déposer les armes en Namibie et en Afrique du Sud étaient libres et leurs dirigeants ont pu construire des régimes libres et démocratiques « , rappelle aussi la Pravda.

Ce fut grâce à Mandela que le Portugal a adopté la démocratie, que l’esclavage a été aboli, que D. Afonso Henriques a chassé les Maures, qui a été élu Barack Obama et les cours d’eau a commencé à courir vers la mer. Il était plutôt grâce à José Eduardo dos Santos.

Nelson Rolihlahla Mandela (né le 18 Juillet, 1918 et mourut le 5 Décembre, 2013) était un activiste sud-africain révolutionnaire contre l’apartheid, et un homme politique qui a été président de l’Afrique du Sud de 1994 à 1999. Mandela a été le premier noir sud-africain pour jouer ce rôle, et le premier élu lors d’une élection pleinement représentative et multiraciale.

 Son gouvernement a porté sur le démantèlement de l’héritage de « l’apartheid », la lutte contre le racisme institutionnalisé, la pauvreté et les inégalités, et la promotion de la réconciliation raciale. Pendant plus de 67 ans durant, Nelson Mandela dédia sa vie au service de l’humanité comme avocat des droits de l’homme, un prisonnier d’opinion, médiateur international pour la paix, et le 1er président démocratiquement élu en Afrique du Sud Xhosa livre.Né dans la famille royale Thembu, Mandela a assisté à l’Université de Fort Hare et l’Université de Witwatersrand, où il a étudié le Droit. Comme président il a établi une nouvelle constitution et a lancé une Commission Vérité et réconciliation pour enquêter sur les violations passées des droits humains.

Poursuite de la politique économique libérale du précédent gouvernement, son administration a pris des mesures pour encourager la réforme agraire, lutte contre la pauvreté et l’expansion des services de santé publique.

 mardi 18 juillet 2017  – 23:36 

Traduction du portugais en français : jinga Davixa (Vérifications et corrections en cours !…)

 

www.pdf24.org    Send article as PDF   

38 pensées sur “ANGOLA : MANDELA ET DOS SANTOS, LE GÉANT ET … LE NAIN (LE PYGMÉE)…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Partager
Partager