LETTRE OUVERTE : ..( et publique ) au Président João Lourenço – William Tonet

Rappelant (pour ainsi dire) les méthodes de José Eduardo dos Santos pendant 38 ans, les serviteurs « anonymes » de João Lourenço (probablement issus du gouvernement précédent et d’autres que le président ne connaît même pas) ont une nouvelle fois mis la main à la pâte.

Ils n’aimaient pas le texte « Société civile, Joao Lourenco et Nous » et, comme les sepoys de jadis, passèrent aux menaces, aux accusations.

Par : Orlando Castro

Par la forme, mais aussi par le contenu et l’écriture, on perçoit qu’il s’agit de personnes évoluées et qui gravitent autour de qui a le Pouvoir, telles que la forme canine car elles s’arrogent le devoir de défendre qui, en fait, n’a pas besoin d’être défendu par ce genre de personnes – João Lourenço.

Dans une stratégie concertée, toutes les menaces avaient une question commune: « Qui pense William Tonet ?« 

Bien. Au lieu de répondre aux prêtres des paroisses du quartier, nous allons directement à « Dieu », en évitant les intermédiaires. Alors permettez-moi s’il vous plaît.

Le président de la République, João Lourenço, je vous rappelle brièvement qui est William Tonet.

Si, au bout du compte, vous estimez qu’il est bon de faire de la pédagogie et de transmettre les informations à vos conseillers, ils vous diront que, mentant, ne lisez pas Folha 8, n’hésitez pas.

En 1965, au Congo-Brazzaville, à la base du Mouvement, sous la direction d’Agostinho Neto, l’ancien vice-président du MPLA, Matias Miguéis, a été enterré vivant, après avoir laissé sa tête à l’extérieur pendant 2 jours pour recevoir toutes sortes d’humiliations, jusqu’à succomber.

Ne serait-il pas important que le président du MPLA, João Lourenco, nous dise s’il sait, s’il a une idée ou s’il ne veut pas savoir, combien d’enfants soldats et de guérillas ont été témoins de cette barbarie ?

    ..accusés de sorcellerie ?..

En 1966, le commandant paganini et 6 autres personnes qui se sacrifiaient pour l’auto-sacrifice étaient accusés de sorcellerie et de tentative de coup d’État contre la direction d’Agostinho Neto à Brazzaville.

Est-il courageux de balayer ces faits sous le tapis ?

Les archives PIDE, basées à Torre do Tombo à Lisbonne, ont été fondées par Guilherme Tonet en 1960, le FPLA (Front de libération populaire de l’Angola), responsable du maintien des noyaux de la guérilla à Luanda après le soulèvement du 4 de février 1961 et qui était toujours le créateur d’une région militaire, dans la zone de Dembo et Piri, qui deviendrait plus tard la 1ère région politique militaire du MPLA. Guilherme Tonet est parti pour l’humus libertaire avec son fils aîné (William Tonet), alors âgé de 3 ans.

La carte de pionnier n ° 485 atteste que William Tonet est originaire de la 1re région politico-militaire du MPLA. Dans les bois, les enfants ne jouaient pas avec le bouc aveugle, ils étaient des « guerrilheiros-mirins », servant d’antennes et de porteurs de la guérilla. 

Dans le but d’ouvrir un autre front, sur le plateau central, en 1968, le groupe de guérilleros fut arrêté, notamment Guilherme Tonet, qui devait être exilé à la prison de São Nicolau. C’est dans ces groupes que William Tonet a rencontré, étudié et vécu avec l’actuel vice-président de la République, Bornito de Sousa.

Pour tout cela, la présomption présomptueuse (passive ou active) de monopole de la vérité de nombreux hauts dirigeants du MPLA arrogants pour commettre, en toute impunité, le crime de diffamation et de violation primaire de la vérité lorsqu’ils disent:

« Le citoyen William Tonet n’a jamais appartenu à la guérilla dirigée par le MPLA pendant la période de lutte pour l’indépendance nationale de l’Angola, pas plus qu’il n’a intégré de structure gouvernementale ou de force ayant participé directement à la lutte pour la préservation de l’indépendance ou la défense de l’intégrité. de la patrie « 

Vous souvenez-vous des anciens dirigeants et du président actuel du MPLA de tous les membres qui siégeaient au comité de rédaction du congrès de Lusaka en 1974 ?

William Tonet s’en souvient. Qui ment ?

Le président du MPLA connaîtra-t-il les noms des guérilleros venus en 1975 à bord du premier bateau de ciment en provenance de Cabinda ?  Le MPLA doit déterminer s’il avait ou non dans ses rangs des enfants soldats avant et après l’indépendance.

Ceci pour évaluer qui ment

En 1975, à Luanda, William Tonet faisait partie du groupe de contre-espionnage qui avait « envahi » l’hôpital universitaire de Luanda (aujourd’hui Américo Boavida)

et avait ensuite enlevé des enfants, cœurs, foies et autres organes humains d’étudier, aux étudiants en médecine, de les placer dans les Maisons du peuple de la FNLA, en les accusant de cannibalisme et de manger des gens. Thèse vengée qui dure plusieurs années.  Le MPLA a-t-il déjà présenté  ses excuses !.. aux angolais et au FNLA pour ce mensonge ?

Tonet  s’est pénalisé, mais Holden Roberto était en vie et dirigeait le FNLA. Ngola Kabangu et d’autres peuvent confirmer.

Toujours à Luanda, dans le quartier de Vila Alice, dans le cadre des activités des « comités Ginga » de 1975, avant la proclamation de notre indépendance, sous la coordination du nationaliste Guilherme Tonet, qui a organisé et dispensé des cours de formation à des militants pro-MPLA,

Pour souligner le parcours des observateurs politico-militaires, un certain nombre de jeunes ont participé et ont ensuite développé des actions visant à mettre en valeur la construction de la patrie angolaise.

L’espace réservé à ces cours se trouvait dans la résidence de Guilherme Tonet, soutenu par son fils aîné, William Tonet, dont la mission principale était de produire, imprimer et distribuer le matériel servant aux stagiaires.

Voici quelques noms de participants aux activités de formation menées par Tonet : Ana Dias Lourenço, Luís Carneiro « Luisinho », Evelize Fresta, Mariana Afonso Paulo, Ana Maria de Sousa Santos « Nani », Pedro de Almeida, Fernanda Dias, Artur Nunes, Sara Bernardete Barradas, Maria da Conceição Guimarães.

Ce sont quelques-uns des noms des nombreux jeunes qui ont reçu une formation politique pour le MPLA au cours de la période qui a précédé la proclamation de l’indépendance nationale et qui ont intégré les multiples comités d’autodéfense (branche armée embryonnaire du MPLA dans la ville de Luanda) sous la tutelle des « comités Ginga » dispersés dans les quartiers comme 

Sambizanga, Prenda, Golfe, Cazenga, Marçal, Rangel, Bairro Popular, l’île de Luanda, Ingombota, etc …

William Tonet était l’un des commandants qui ont conduit les pionniers de Luanda à Largo, le 1er mai, pour servir de port de pavillon dans la nuit du 11 novembre 1975, date de la proclamation de l’indépendance. L’un de ces pionniers, parmi d’autres, était Toninho Van-Dúnem, ancien secrétaire du Conseil des ministres.

En 1976, il était l’un des membres de l’état-major des communications de la 9e brigade de la FAPLA et avait été placé, sous la direction du comité exécutif du MPLA, dans le bureau du commandant Nito Alves, pour les mineurs et les adolescents. mobilisation à Luanda.

Participation aux différentes réunions préparatoires et électives des membres des comités populaires de voisinage. Il était l’auteur, dans la campagne de diabolisation de l’adversaire politique, plus craintif de la hauteur, de l’expression, qui allait être musicalisé: « Holden est comme un caméléon ! »  « C’est un laquais de l’impérialisme international » lors d’un des rassemblements dans la campagne de São Paulo, à Luanda !

Un membre du MPLA peut-il nier cela ?

En 1977, le 27 mai, Carlos Jorge, alias Cajó, accusé de fractionnement en compagnie de son père, Guilherme Tonet, et de deux autres oncles, ont été arrêté sans faute. enterrés vivants.

William Tonet est enregistré sous le numéro 5369/86, en tant que vieux combattant, publié à l’époque du parti unique, où la rigueur de l’inclination communiste était plus accentuée. Le processus a été constitué et repose dans les archives du secrétaire d’État aux anciens combattants de l’époque, et a été publié le 28 août 1986, Année de la défense de la révolution populaire.

Dans les années 80, il était délégué de la TPA (télévision populaire angolaise) à Benguela. Il a également travaillé au niveau de la JMPLA avec la députée MPLA Angela Bragança et l’actuel président de la Cour suprême, Rui Ferreira.

En sa qualité d’officier des communications, spécialiste des carrefours militaires, il a été invité, au nom du gouvernement et en sa qualité, à collaborer à plusieurs reprises avec les généraux Kundy Pahiama, Fernando da Piedade Dias dos Santos « Nando » et Fernando Garcia Miala, puis chef de la maison militaire de la présidence de la République.

Toujours à titre d’officier et d’état-major des communications militaires, sa spécialité a été exercée entre les années 1980 et 1990 dans de nombreuses opérations militaires majeures de la FAPLA dans le sud, le nord, l’est et le sud. intersection avec les généraux, Ngueto, Caraira, João de Matos, Armando da Cruz Neto, Jorge Sukissa, entre autres. Dans ces conditions, avec la connaissance du général João de Matos, il a été empêché par le commandement militaire du commandant en chef, José Eduardo dos Santos, de quitter le front central.

Le 19 mai 1991, après 4 jours de négociations directes entre William Tonet et les dirigeants du MPLA et de l’UNITA, respectivement José Eduardo dos Santos et Jonas Malheiro Savimbi, le premier accord de paix fut signé à Alto Cauango, Luena-Moxico. d’Angola, mettant fin à une guerre de 57 jours entre les troupes militaires des FAPLA / MPLA et des FALA / UNITA. 

Higino Carneiro, Nelumba Sanjar, Chilingutila, Mackenzie, entre autres, étaient des abonnés ou des témoins oculaires.

De temps en temps, on prend la hauteur du soleil pour que la route ne s’égare pas sur la surface changeante des faits et des circonstances, dans une mer haute sans références ni horizon.

Toujours aujourd’hui, « l’Angola erre dans un monde transformé et indiscipliné, sans horizon » ni points de référence angolais.


 le 05 Décembre 2018

Traduction du portugais en français : jinga Davixa – E_mail : contact@franceangola.com – (vérifications en cours)

Partagez cet article

 

 

www.pdf24.org    Send article as PDF   
Partager
Partager