ANGOLA : L’esclavage (du peuple) enrichit le MPLA.

Le MPLA est un parti pour satisfaire les intérêts personnels et pour l’accumulation de capital. Fondé le 10 Décembre 1956 et au pouvoir depuis le 11 Novembre 1975, il avait dans son essence  – comme d’autres – la lutte pour la libération des peuples du joug colonial.

C’était un objectif que les membres fondateurs avaient poursuivi dans l’esprit du nationalisme, que la nation était plus importante que toute ambition personnelle. Comme aujourd’hui, il semblerait que l’arbre ait donné des fruits.

Actuellement règne dans le plus grand parti/Etat de l’Angola une subversion des intérêts et des valeurs, puisque la question politique dans la fondation du MPLA a été pré-partie, en étant au cœur des intérêts du mouvement politique, ce qui aujourd’hui a disparu dans ses actions.

Il y a des gens en Angola et le MPLA en particulier qui se méprennent sur la politique et n’ont  recours à elle uniquement pour la satisfaction des intérêts personnels qui minent le bien-être des pauvres, ce qui – selon Agostinho Neto – devrait venir en premier.

En fait, personne aujourd’hui au MPLA ne veut plus entendre parler de la thèse emblématique de Agostinho Neto qui, rappelez-vous, avait dit que l’important était de résoudre les problèmes du peuple.

La plupart des jeunes et des personnes âgées, même ne connaissaient pas l’histoire idéologique du MPLA. Etant dans le parti pour des seules questions d’opportunité, et ce qui n’est pas politique.

C’est le crime de lèse-nation.

Cela dénature la politique, et cela enlève du crédit à la politique dans le vrai sens du mot.

Il est vrai. Mais si les dirigeants au plus haut niveau, à commencer par le président du parti,

Étaient en phase avec cette maxime qui nous dit, ou dit, que toute personne qui ne vit pas pour servir, ne doit pas se servir pour vivre, parce que sous la charge de la pluie, les jeunes devraient être là pour  y faire face ?

Le MPLA d’aujourd’hui n’a pas les valeurs humaines de solidarité, de lutte contre les inégalités. Ses dirigeants pensent que cette idée du parti existe pour résoudre les problèmes de la population est une utopie. Pour eux, le parti est seulement pour l’appropriation de biens et de l’accumulation illicite de richesses. C’est Simple.

En doutez-vous ?

Le MPLA est maintenant juste un instrument pour l’accumulation primitive de capital. La preuve de ceci est que leurs dirigeants ont tous, tous, un train de vie d’un point de vue économique très extravagante. Pas besoin d’exercer une activité entrepreneuriale ou une profession. Non ! juste qu’ils sont dirigeants du parti (MPLA).

Il est juste que pour le MPLA, voler aux pauvres pour distribuer à ses riches est un devoir et une obligation révolutionnaire. Le MPLA d’aujourd’hui travaille pour les rares qui ont des millions, voler les millions de personnes qui ont peu ou rien. Et en Angola, les pauvres ne sont pas aussi rares que cela. Il y en a 20 millions ! 

Sur le plan économique, le vice-président Manuel Vicente aura « traficoté » des millions et des centaines de millions de dollars pour aider Isabel dos Santos à devenir milliardaire, alors qu’il était président de la Sonangol. Les autres enfants de José Eduardo dos Santos, la famille, etc.., buvaient aussi le même breuvage « teta de crude » pour se convertir à la « milionia-rissimo »  mania !!!

La fortune du vice-président Manuel Vicente est évaluée à 8,5 milliards $. Une bagatelle, nous l’admettrons ….

Depuis toujours, les angolais assistent impassibles et calmes à la parade de ceux qui volent et fraudent l’économie nationale, avec l’impunité plus large pour bénéficier de la bénédiction « supérieure », de qui a juré de respecter et faire respecter la Constitution, mais rien de plus, sinon le contraire.

Selon certaines sources, le Président Dos Santos, aurait une fortune personnelle de plus de 20 milliards $. Beaucoup ne croient pas, mais les sceptiques et ceux qui doutent sont plus nombreux que les premiers.

Mais en Angola, il y a plein, plein de généraux milliardaires…

Le premier d’entre eux est Leopoldino Fragoso do Nascimento « Dino », l’ancien chef de la communication de la présidence de l’angola et conseiller du chef de la Maison de sécurité, ont une fortune d’environ 7 milliards $, n’ayant jamais dirigé une entreprise, ni avoir combattu ou être allé au front durant la guerre. Voilà ce qu’il en est des généraux de haut rang.

Le général Manuel Vieira Dias « Kopelipa » a consolidé son personnel comptable d’un montant de 6 milliards $, comme l’ancien ministre des Finances ancien, José Pedro de Morais, avec une quantité égale de 6 milliards $.

Le gouverneur de Luanda, le général Higino Carneiro, de diamants et de projet touristique Kuvangu, a des signes de dollar dans les 5 milliards $.

Le Général de l’armée, João de Matos, ancien chef d’état Major Général de la FAA, qui est actuellement sous enquête, de la justice brésilienne pour son implication dans les négociations entre sa compagnie et la compagnie pétrolière brésilienne Petrobras et est soupçonné de corruption, il devrait avoir une tirelire débordante de 4 ou 5 milliards $.

Le juriste José Leitão da Costa e Silva, ancien directeur du cabinet du président José Eduardo dos Santos e PCA du groupe Gema, unique  «privé» à bénéficier d’un prêt en ligne de crédit de la Chine de 500 millions de dollars, a une fortune d’au moins 3,5 milliards $.

Dans le même calibre, un peu en dessous, il y a d’autres fonctionnaires qui se sont enrichis d’une touche de magie, avec des fortunes de 3 milliards $, à savoir, José Carlos de Castro Paiva, durant plusieurs années, administrateur non – exécutif de la Sonangol à Londres;

Aguinaldo Jaime, un ancien ministre des Finances, ancien gouverneur de la Banque Nationale, ancien PDG de ANIP;

António França « Ndalu, » ancien chef de FAPLA, ancien député et membre influent du BP du MPLA;

Kundy Paihama, Carlos Feijó, António Pitra Neto, Frederico Cardoso, Fernando Dias dos Santos et Paulo nando Kassoma.

Partager cet article.

Le 27 février 2017

Traduction du portugais en francais : jinga Davixa

 

www.pdf24.org    Send article as PDF   

31 pensées sur “ANGOLA : L’esclavage (du peuple) enrichit le MPLA.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Partager
Partager