RAILA ODINGA : Le chef de l’opposition au Kenya accuse les observateurs internationaux de « vite…vite désinfecter la fraude »

Le dirigeant de l’opposition du Kenya, Raila Odinga, a accusé les observateurs internationaux des élections d’août 2017, de « vite…vite… désinfecter la fraude » (électorale) , après que la Cour suprême du pays ait annulé les élections du 8 aout 2017 dernier.

Des centaines d’observateurs internationaux, y compris l’ancien secrétaire d’État John Kerry, ont suivi les élections présidentielles au Kenya le 8 août 2017, concluant qu’ils n’avaient pas observé d’ingérence dans le processus électoral.

Cependant, la Cour suprême a déclaré aujourd’hui que la commission électorale a commis des « illégalités et des irrégularités » et a annulé les élections, exigeant un examen approfondi au cours des 60 prochains jours.
Odinga a déclaré aujourd’hui que le rôle des observateurs doit être examiné, car ils ont mis la stabilité au-dessus de la crédibilité et ont appelé à la démission de certains membres de la commission électorale.

Le président élu Uhuru Kenyatta, pour sa part, a déclaré qu’il «n’était pas d’accord personnellement avec la décision de la Cour suprême, mais qu’il la respectera.
Cependant, Kenyatta a critiqué les juges, affirmant que « six personnes ont décidé de lutter contre la volonté des gens ».

Dans un discours aux partisans, le président a déclaré que la Cour suprême et ses « voyous » ont décidé de lui retirer sa victoire.
La Cour suprême a annulé la réélection du Président kenyan actuel, Uhuru Kenyatta, et a ordonné la tenue de nouvelles élections dans un délai maximum de 2 mois.
Cette décision est la réponse à l’appel introduit par l’opposition qui, depuis le jour du scrutin, signalait des irrégularités dans le processus électoral, qu’il qualifiait de «fraude».

Aujourd’hui, le président de la Commission électorale du Kenya a appelé les citoyens à se calmer face aux nouvelles élections pour «ne pas compromettre la stabilité».

Wafula Chebukati a déclaré que l’institution électorale «a pris note» des observations de la Cour et fera des «changements internes du personnel» nécessaires aux prochaines élections.

Kenyatta avait été déclaré vainqueur le 11 août, avec 54,27% du vote, contre 44,74% atteint par Odinga, qui a été candidat à la 4e fois après avoir été vaincu en 1997, 2007 et 2013 .

L’annonce de la victoire de Kenyatta a déclenché 2 jours de manifestations et d’émeutes manifestes par la police dans les quartiers de la baie de Nairobi et les bastions occidentaux de l’opposition.
Au moins 21 personnes, dont un bébé et une fille de neuf ans, ont été tuées les 11 et 12 août, presque toutes par la police, selon un rapport de l’agence de presse française France-Presse.

L’organisation non gouvernementale Human Rights Watch a estimé que l’examen était «marqué par des violations flagrantes des droits de l’homme, y compris les meurtres illégaux et les coups par la police lors de manifestations et d’opérations de recherche dans les maisons de l’ouest du Kenya».

 

sexta, 01 setembro 2017 19:18

Traduction du portugais en français : jinga Davixa

 

 

 

   Send article as PDF   

3 pensées sur “RAILA ODINGA : Le chef de l’opposition au Kenya accuse les observateurs internationaux de « vite…vite désinfecter la fraude »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Partager
Partager