Portugal : FIN de l’impunité du régime d’Angola, suite au cas Tchizé !

Le 7 Juin 2017, le juge Ricardo Cardoso, la Cour d’appel de Lisbonne, a pris une décision concernant l’enquête criminelle du Portugal,qui va à l’encontre Tchizé dos Santos, dans l’enquête sur le cas no 208 / 13.9. Bien que le document final soit vaste, avec environ 100 pages, cinq d’entre elles sont extrêmement importantes, et elles méritent une lecture attentive.

Par Rui Verde

L’importance de cette décision va au-delà de la recherche à Tchizé parce qu’elle peut représenter la fin de l’impunité des investisseurs angolais au Portugal et l’obligation désormais, par rapport à tous les PEP (personnes politiquement exposées) comme Isabel dos Santos, Tchizé, Kopelipa , Higino Carneiro et bien d’autres, qu’ il y ait un contrôle efficace de l’origine de leur argent lors de l’investissement au Portugal.

La Cour d’appel de Lisbonne considère que le Portugal ne peut pas être « refuge sûr » pour les « seigneurs du crime », « barons de la drogue » ou « pirates internationaux modernes de la criminalité organisée », assimilant les circonstances possibles des oligarques angolais aux temps d’une la loi anglaise de 1662, qui a offert aux anciens pirates qui déclarent renoncer à l’activité corsaire un pardon complet qui, cependant, leur garantit le droit de garder le produit de leurs retraits.

Il est en fait un très difficile par rapport à l’actuel maître de l’Angola, d’être ainsi placé au niveau des pirates du XVIIe siècle !

La doctrine exposée est très simple. Désormais, le Portugal s’arroge le pouvoir d’enquêter sur toute implication financière des maîtres de l’Angola, même s’il y a une procédure pénale dirigée contre eux dans leur pays d’origine. Tout soupçon que l’argent ait été illégalement obtenu ou en corruption en Angola, puis introduit sur le territoire portugais, les autorités portugaises pourront enquêter sur l’origine des fonds.

Répétons,de sorte qu’il n’y a pas de place pour les erreurs: pour enquêter sur les fonds de l’Angola au Portugal, est plus nécessaire d’avoir une affaire criminelle en Angola; juste que l’argent semble circuler au Portugal.

Il est donc indéniable l’importance et la portée de ce jugement. Désormais, aucun investissement angolais par des personnes ayant des liens avec le pouvoir, comme Isabel dos Santos, Filomeno dos Santos Leopoldino do Nascimento, Kopelipa et bien d’autres généraux politiques angolais, n’est exempté d’avoir une investigation par les autorités portugaises en ce qui concerne l’origine légale ou illégale de leurs fonds. Non plus seulement une certification du procureur général de l’Angola déclarant qu’il ne suit aucune enquête dans les frontières. 

Selon cette décision historique, Tchizé continuera de voir une enquête sur les plus de deux millions d’euros mis en place au Portugal. Cependant, la chose la plus importante est ici non pas tant ce qui se passera au cas de Tchizé, mais ce qui peut se produire par rapport aux autres cas; à tous les cas qui impliquent ou peuvent impliquer des personnalités angolaises.

Le niveau de la demande par rapport à la transparence de l’argent que les membres du régime angolais appliquent au Portugal vient d’être considérablement relevé, et désormais la justice portugaise combattra ces nouveaux aspirants pirates anglais du XVIIe siècle.

Maka Angola- 

AO 24 – –terça, 13 junho 2017 18:48

Traduction du portugais en français : jinga Davixa

tools.pdf24.org    Send article as PDF   

2 pensées sur “Portugal : FIN de l’impunité du régime d’Angola, suite au cas Tchizé !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Partager
Partager