L’Angola sera appelée à avoir la figure de Président émérite, de la République… !

Le chef de l’État angolais qui va cesser le mandat sera appelé « président émérite », avec une pension à vie correspondant à 90% du salaire de l’année dernière dans le bureau.

La question est la facture loi organique sur le régime juridique des anciens présidents et vice-présidents de la République Après mandat Fin de l’initiative du groupe parlementaire du Mouvement populaire pour la libération de l’Angola (MPLA), qui va à vote final mondiale jeudi prochain, l’Assemblée nationale.

Dans ses motifs, le groupe parlementaire du MPLA, le parti majoritaire et au pouvoir depuis 1975, dit que les élections générales du 23 Août, que l’Angola organisera, le pays aura les chiffres de l’ancien président et ancien vice-président pour la fin de électorale recouvert (non recandidatam).

En ce sens, il propose que l’Assemblée nationale d’approuver la loi proposée également au cours de ce terme, « de préférence avant la campagne électorale. »

Le projet de loi, 4 chapitres et 14 articles, prévoit que après avoir quitté le service, l’ancien Président de la République bénéficie protocole de traitement, des immunités et la sécurité, y compris aux ordres officiels, des arrangements spéciaux pour la protection et la sécurité, garantis par la loi .

Le chapitre II du projet de loi, intitulé « Forum spécial », affirme que, après le mandat, l’ancien Président de la République bénéficient d’un « forum approprié à des fins criminelles ou la responsabilité civile pour les actes en dehors de l’exercice de leurs fonctions, avant la Cour suprême à la fin des dispositions de la loi ».

Pour le Président qui va finir son mandat, le projet de loi propose de recevoir une rente viagère correspondant à 90% du salaire qu’il a reçu à sa dernière année de fonction, mis à jour automatiquement ou une pension mise à jour si elles choisissent.

 

Pour le conjoint du président au cours de leur mandat, le projet de loi prévoit une rémunération équivalente à 70% de la tête de l’Etat sont dus pendant la durée ou le conseil d’administration respectif, si par que vous choisissez.

Le projet de loi met en garde également le droit au logement, à l’attribution d’un budget pour l’entretien et l’équipement propre de séjour et de transport, et attribué un type de véhicule automobile pas moins que le vice-président pour les fonctions officielles cela a également un conducteur de frais de l’état, le remplacement du véhicule lorsqu’il est correctement justifiée, le carburant et l’entretien.

Toujours dans l’article sur le droit de transport, le projet de loi garantit le paiement de l’assurance responsabilité civile automobile contre tous les risques, des véhicules personnels, aux conjoints et aux enfants mineurs ou handicapés dans leurs soins.

Après avoir quitté le service, le président et sa famille dans le cas des enfants mineurs, ont droit à des soins médicaux et des médicaments gratuits, les billets d’avion en première classe et les indemnités lors de déplacements en mission de service de l’État, à l’intérieur et à l’étranger le pays.

 

L’ancien président, son conjoint et ses enfants mineurs ou handicapés ont également droit à des billets d’avion en première classe et les allocations pour les vacances de Voyage annuel dans le pays ou à l’étranger, le droit à une protection spéciale, la protection du personnel et des conseils, sur les voyages, ainsi que la protection spéciale de leur résidence. 

Pour les anciens vice-présidents, le projet de loi propose des dispositions du chapitre I, avec quelques ajustements, comme la nomination de l’ancien vice-président et ancien vice-président et l’attribution d’un véhicule non inférieur à celui d’un ministre par intérim pour les fonctions officielles de cela.

 

A la fin du mandat, l’ancien Président de la République ou l’ancien vice-président et leurs conjoints respectifs sont soumis aux obligations de discrétion et de confidentialité, et sont interdits d’exercer pour des bureaux dans des entités privées au cours de la période de 5 ans, à partir de la fin de la fonction.

 

Le chef du groupe parlementaire du MPLA, Virgílio de Fontes Pereira, a déclaré après la réunion des dirigeants parlementaires tenues la semaine dernière, que le projet de loi couvrira également le premier Président de l’Angola, António Agostinho Neto, et de la famille, soulignant l’existence d’une loi visant à protéger les droits de la famille Président.

AO 24  jeudi, 15 juin 2017 15:54

Traduction du portugais en français : jinga Davixa

www.pdf24.org    Send article as PDF   

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Partager
Partager