La loi sur la presse a été approuvée par le MPLA, « Un jour noir pour le journalisme en angola »

Luanda – En Angola, la Loi polémique sur la presse a été adoptée aujourd’hui lors du vote final par une majorité absolue des membres du MPLA tandis que l’UNITA et CASA- CE a voté contre. L’Union des journalistes désapprouve également la présente loi, alors que la journaliste Anna Margoso, le MISA Angola, se sont montrés  très critiques.
Source: RFI

Le projet de loi sur la presse a été approuvé en général par le Parlement en Août, et a été soumis aujourd’hui au vote général final, la 1ère Réunion extraordinaire de la 5e session législative III législature de l’Assemblée nationale.

Mais le texte initialement présenté par le ministre de la Communication Sociale, José Luís de Matos, imposer des sanctions et des amendes extrêmement élevées pour les professionnels qui violent cette loi et peuvent aller de 100 000 à 20 millions de kwanzas.

D’autre part, la loi sur la presse, maintenant approuvé, il faut – entre autres choses – que les journalistes aient le degré de baccalauréat, et crée l’Autorité angolaise de régulation de la Communication Sociale (ERCA), qui se déplace à émettre des cartes professionnelles.

Mais – selon le journaliste António Ventura, a déclaré au journal « en ligne » Angola Réseau – de ses 11 membres, seulement 2 sont nommés par les journalistes, 7 membres appartiennent à l’exécutif et le MPLA, et le reste de 2 sont nommés par l’opposition.

RFI a entendu Anna Margoso, Vice-Présidente de l’assemblée MISA Angola (Institut des médias d’Afrique australe). L’un des objectifs de cet organisme est de lutter contre la pression exercée sur les médias, et promouvoir la liberté d’expression et d’information.

Ana Margoso a affirmé : «aujourd’hui est un jour noir pour le journalisme angolais. »

Interrogé sur la loi sur la presse, dans laquelle l’Union des Journalistes Angolais (SJA) ne sont pas d’accord avec le point qui parle de la possibilité du Ministère de la Communication Sociale de punir ou même de fermer une radio, pour sanction quelconque, et considère que ces décisions devraient être prises par les tribunaux, le fonctionnaire dit lui que tout doit avoir des règles.

« Nous ne pouvons pas supposer que nous devons faire ce que nous voulons. Cela a été approuvé par le Parlement et le Parlement est conscient. Si elle était une chose illégale elle ne serait pas approuvée « , a-t-il souligné.

Il a ajouté que les lois ont été adoptées en conformité avec l’Union des Journalistes Angolais (SJA).

Club-k        18 novembre 2016

Traduction du portugais en français: jinga Davixa..

   Send article as PDF   

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Partager
Partager