Les dettes des compagnies aériennes en Angola ont augmenté de 43,4%, passant à 340 millions $.

Les dettes des compagnies aériennes en Angola a augmenté de 43,4%, passant de 237 millions en Juin l’année dernière à 340 millions $ actuellement, a déclaré l’Association internationale du transport aérien (IATA) à Lusa.

En réponse aux questions de Lusa, un porte-parole de l’IATA a déclaré que « le montant des fonds bloqués en Angola est actuellement à 340 millions de dollars » et a ajouté que « IATA continue de travailler pour obtenir la libération des fonds en Angola et d’autres pays ».

Lusa a également demandé le délai à IATA et le total des dettes des entreprises, mais pas de réponse à ce jour.

En Juin l’année dernière, la dette a dépassé les 4.000 millions de dollars seulement dans la liste des cinq premiers débiteurs, qui a classé  l’Angola le cinquième.

La liste a été menée par le Venezuela, avec des dettes de 3,180 millions de dollars (16 mois sans transfert de dividendes), suivi du Nigeria (591 millions de dollars, sept mois), le Soudan (360 millions de dollars, quatre mois) et l’Egypte (291 millions dollars, quatre mois).

Le blocage de 340 millions de dollars de recettes pour les compagnies aériennes opérant dans le pays, mais dont les budgets ne peuvent pas envoyer à leur pays d’origine, il est l’un des symptômes de la crise financière, comme en témoigne la rareté des devises, principalement en dollars, dans le pays.

En Juin l’année dernière, l’Angola a été le cinquième pays dans le monde avec plus de fonds retenus aux compagnies aériennes et ont une moyenne de sept mois pour être en mesure d’envoyer leurs recettes aux pays d’origine.

 

« Le rapatriement efficace des revenus est essentiel pour les compagnies aériennes pour pouvoir jouer leur rôle en tant que catalyseur de l’activité économique, il est raisonnable d’attendre que les compagnies aériennes investissent et opèrent dans des pays où ils ne peuvent pas collecter efficacement le paiement de leur services »,

avait déclaré Tony Tyler, directeur général de l’IATA, dans un communiqué publié en Juin l’année dernière.

Lusa

Traduction du portugais en francais : jinga Davixa

www.pdf24.org    Send article as PDF   

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Partager
Partager