LA « CONSPIRATION DES JUGES » : Urgence en Angola, de créér une Commission Présidentielle.. Anti-Corruption…

Tout était prêt…

Rui Ferreira, président de la Cour suprême, et Joel Leonardo, juge président de la Chambre des crimes de la cour du même tribunal, disposaient déjà des justifications légales et de l’ordonnance de mise en liberté :

  …Rui Ferreira, président de la Cour suprême  pur complot politique des juges ?..  complot politique des juges ?..

Zenú devait être libéré jeudi 4 octobre . C’est par une banalité que la libération du fils de l’ancien président de la République n’a pas eu lieu.

Dans cette tentative de mettre fin à la détention provisoire de José Filomeno dos Santos, aucune décision judiciaire n’a été prise en faveur de la libération,

    ..pur complot politique des juges ?..

**-* il s’agissait d’un pur complot politique des juges, en dessous de la robe.

**-* Pas étonnant qu’il y ait des juges impliqués dans les vestiges et les tentatives de sauver l’ancien régime. La même chose s’est produite après la Révolution française de 1789.

    .. des juges impliqués ?..

L’attitude des juges face aux désirs de liberté, d’égalité et de fraternité était si contre-révolutionnaire que les nouveaux pouvoirs devaient interdire, sous peine d’arrestation, aux juges de s’ingérer dans les nouvelles lois et les activités de l’administration publique elle-même. 

**-* Récemment, après la Première Guerre mondiale (1914-1918), l’un des motifs qui a poussé le célèbre juriste Hans Kelsen à défendre la création d’une Cour constitutionnelle différente de celle des tribunaux ordinaires de la nouvelle République autrichienne isue de Empire austro-hongrois, était la réaction anti-républicaine par les juges ordinaires.

En Angola, où des institutions pérennes et partageant des valeurs, mais uniquement des réseaux d’intérêts et de clientélisme, n’ont pas encore été créées

  ..dettes de fidélité envers José Eduardo dos Santos ?..

il est facile de voir qu’une partie du pouvoir judiciairenommée et nourrie à l’époque de José Eduardo dos Santos – aura tendance à résister. toute réforme efficace de la société.

De nombreux juges sont les premiers à enfreindre la loi, leurs intérêts commerciaux étant disséminés dans tout le pays. D’autres auront des dettes de fidélité envers José Eduardo dos Santos ou ses collaborateurs.

Il n’est donc pas surprenant que les initiatives de lutte contre la corruption s’effondrent progressivement sous l’action d’un pouvoir judiciaire créé et promu par José Eduardo dos Santos.

En fait, en Angola, plus encore qu’en Afrique du Sud le concept a été développé -, il y avait une « capture d’Etat » complète par des intérêts corrompus.

Pour démanteler cette prise, il faudra utiliser des instruments innovants. Encadré dans la Constitution et la primauté du droit, mais novateur et convaincant.

La création de la Commission présidentielle anti-corruption

Un premier aspect à considérer est la centralisation et la mise en œuvre de la lutte contre la corruption par le biais d’un organe parajudiciaire axé sur le thème.

 ..commission présidentielle anti-corruption…

**-* Cet organe devrait être une commission présidentielle anti-corruption composée de personnes non engagées dans le passé. C’est-à-dire sans recycler les individus engagés dans des pratiques corrompues, comme cela s’est produit dans diverses situations. La perspective fragmentée des processus, dans laquelle on saute de l’un à l’autre sans embrasser la réalité sous-jacente, serait également abandonnée.

Par conséquent, le mandat de la Commission consisterait en une enquête sur les situations dans lesquelles la capture de l’État par de grands intérêts corrompus aurait eu lieu, déterminant qui, où et comment il a été capturé.

Afin de mener à bien cette enquête, la Commission se verrait attribuer des pouvoirs conformément au Code de procédure pénale et à la loi sur les mesures de précaution.

..Rui Ferreira & Joao Lourenço …

**-* Ces pouvoirs concerneraient les enquêtes, l’application de mesures de contrainte et le recouvrement d’avoirs, ainsi que la production d’accusations pénales définitives, qui seraient du ressort des tribunaux.

   ..Ancien régime : fifty / Fifty ?..

Par conséquent, la lutte contre la corruption serait unifiée au sein d’une structure spécifique dotée d’un budget, d’experts et de compétences spécialisées suffisants. Cette structure viserait à englober le phénomène de la corruption en tant que cause ayant conduit à la dissolution de l’État, en trouvant les coupables, en les traduisant en justice et en recouvrant les avoirs. 

La réforme du pouvoir judiciaire

Dans le même temps, une profonde réforme du système judiciaire commencerait, qui commencerait par renforcer l’impartialité et l’indépendance des juges.

Tous ceux qui avaient des intérêts commerciaux, directs ou indirects, seraient supprimés. Une nouvelle génération de juges non attachés aux pratiques de l’ancien régime serait promue. Le fonctionnement des tribunaux serait simplifié et rendu plus transparent.

Conclusions

La création d’une commission présidentielle anti-corruption et la réforme du système judiciaire sont des mesures structurelles qui permettront de poursuivre efficacement la lutte contre la corruption et de changer le paradigme juridique de l’impunité et de la fidélité politique.

..aucune institution solide ?..

Récemment, l’ancien ministre des Finances sud-africain, Pravin Gordhan, a déclaré lors d’une conférence organisée à l’Université d’Oxford sur la « capture d’État » corrompue dans ce pays qu’il avait fallu 10 ans pour construire institutions, mais un an a suffi pour les détruire.

Le problème de l’Angola est plus grave. Au cours des 38 dernières années, aucune institution solide n’a été construite. Ce n’est que maintenant que vous pouvez commencer à penser à le faire.

Pour cela, nous devons commencer un long chemin avec détermination et concentration sur l’essentiel, sinon il sera embourbé dans les lamas du passé et tout ne sera pas passé du bref rêve d’une nuit d’été …

Par : Rui Verde

 08 octobre 2018 

Traduction du portugais en français : jinga Davixa

Partagez cet article

 

www.pdf24.org    Send article as PDF   

Une pensée sur “LA « CONSPIRATION DES JUGES » : Urgence en Angola, de créér une Commission Présidentielle.. Anti-Corruption…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Partager
Partager