KLEPTOCRATIE : Les « bons plans »,.. du Président de Banco BIC,.. Fernando Teles …

Lors de l’avant-dernière enchère de change de la Banque nationale d’Angola, le 24 janvier, Banco BIC a bénéficié de 16 millions USD pour des opérations de fixing.

Sur ce montant, plus de 2 millions et cinq cent mille dollars ont été versés aux comptes de 4 sociétés du président du conseil d’administration de Banco BIC, Fernando Leonídio Mendes Teles, et transférés principalement au Portugal, ainsi qu’au Royaume-Uni et à l’Italie.

Selon , 3 des sociétés bénéficiaires sont Anglopig, Lda., Tecnopig, Lda et Agro-Quibala, Lda., toutes créées le 15 novembre 2013.

Les 3 sociétés ont la même structure d’actionnaires, avec Fernando Teles détiendra chacun 80% du capital, tandis que son épouse, Maria Laurentina Almeida et Silva Teles, détiendront les 20% restants.

Enfin, Agrozootec, Lda., créée le 23 septembre 2010, est détenue à 80% par Hugo Silva Teles, fils de Fernando Leonídio Mendes Teles, administrateur exécutif et membre du conseil d’administration de la Banco BIC.

    la milliardaire Isabel dos Santos

Fernando Teles, titulaire de la double nationalité angolaise et portugaise, est le 2ème actionnaire du groupe Banco BIC, avec 37,5% des actions. 

La fille de l’ancien président José Eduardo dos Santos, la milliardaire Isabel dos Santos, est l’actionnaire principal de l’institution bancaire et détient 42,5% du capital.

Banco BIC opère également au Portugal, avec la même structure d’actionnaires et compte sur Fernando Teles membre de son conseil d’administration.

Selon les informations communiquées par Maka Angola, une société portugaise aurait transféré une grande partie de la monnaie étrangère attribuée par Banco BIC à la société portugaise FTPGM (Fernando Teles et Pedro Garcia Matos). Fernando Teles est associé directeur de ladite société, en partenariat avec Pedro Miguel Martins, Coimbra Garcia Matos.

« Vous ne me semblez pas être bien informé », répond Fernando Teles aux questions que lui a adressées Maka Angola sur l’envoi de devises à ses entreprises.

En plus de nous inviter à une réunion, Fernando Teles ajoute: « Si vous visitez le projet agricole, vous constaterez un travail sérieux et réaliserez que les Angolais, comme moi, devraient investir pour accroître la production nationale ».

L’une des priorités du gouvernement de João Lourenço en matière de politique de change a été de faciliter l’importation de denrées alimentaires et leur production.

Qu’en est-il des lois et des règles ?..

Mais voyons le respect de cette politique de change et des règles de l’administration bancaire.

L’Angola est connu pour connaître une crise monétaire et ses banques ont depuis longtemps perdu la crédibilité du système financier international, car elles servent à financer les intérêts privés de leurs propriétaires et à blanchir de l’argent.

   .. le respect …des règles ?..

L’avocate Benja Satula cite la loi fondamentale sur les institutions financières (loi n ° 12/15 du 21 avril) qui impose à la direction de la banque un comportement neutre et loyal à l’égard de ses clients. « Nous sommes confrontés à une violation de la loi (article 71), car le banquier célèbre ses affaires avec lui-même« .

Combien de clients de Banco BIC seraient dans les mêmes conditions que les sociétés Teles, mais n’auraient pas bénéficié des enchères de devises étrangères ? Il existe un net favoritisme envers Banco BIC, qui appartient à Fernando Teles, et envers les sociétés également détenues par Fernando Teles.

      ..un net favoritisme envers Banco BIC ?..    ..un net favoritisme envers Banco BIC ?..  ..un net favoritisme envers Banco BIC ?..

Plus tard, et peut-être plus grave encore, le comportement décrit apparaît clairement en contradiction avec l’instruction n ° 2/2018 du 19 janvier du gouverneur de la Banque nationale d’Angola (BNA), José de Lima Massano.

Cette instruction détermine que les participants au marché des changes doivent agir de manière juste et transparente dans les négociations avec leurs clients et les autres acteurs du marché,

   .. plus grave encore,.. le comportement…

en tenant les conseils d’administration responsables de la promotion des valeurs et des comportements éthiques, en veillant de manière proactive à leur incorporation dans la culture de l’institution, notamment pour éviter les conflits d’intérêts.

Selon la même instruction, le non-respect de ces principes peut entraîner des amendes et la perte de l’autorisation d’effectuer des opérations de change.

Selon Benja Satula, le comportement de Fernando Teles « constitue un conflit d’intérêts qui constitue une violation flagrante » de cette instruction du gouverneur de la Banque nationale d’Angola.

Enfin, selon la lecture de  Maka Angola, le code de conduite de Banco BIC, à savoir les articles 17 et 28, le premier sur les conflits d’intérêts,

le second sur les « murs chinois«  les barrières d’information au sein d’une organisation érigées pour empêcher les échanges ou la communication pouvant conduire à des conflits d’intérêts).

.. denrées alimentaires ?..

C’est-à-dire que les règles internes de l’institution bancaire sont respectées.  

 

Par : Rafael Marques de Morais

 le 5 février 2018 

Traduction du portugais en français : jinga Davixa – contact@franceangola.com

Partagez cet article

 

www.pdf24.org    Send article as PDF   

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Partager
Partager