KENYA : La Cour suprême annule le résultat des élections présidentielles du 08 août 2017.

La Cour suprême du Kenya a annulé la réélection du président kenyan Uhuru Kenyatta, réclamant des irrégularités, et a appelé à un examen approfondi dans un délai de 2 mois.
L’élection présidentielle, qui avait eu lieu le 8 août 2017, « n’a pas été menée conformément à la Constitution« , a déclaré David Maraga, juge de la Cour suprême.

« En ce qui concerne la question de savoir si les irrégularités et les irrégularités ont affecté l’intégrité de l’élection, la Cour est d’avis que c’est le cas« .
La décision d’annuler les élections, qui est définitive, a été adoptée par la majorité des juges et seulement 2 étaient contre, pour un total de 7  (l’un était absent pour cause de maladie).
Le président de la Cour a déclaré que la Commission électorale «a échoué, négligé ou refusé» de mener les élections conformément à la Constitution, en citant des irrégularités dans la transmission des résultats.
Selon l’agence de presse Associated Press, le candidat de l’opposition, Raila Odinga, a affirmé que les votes électroniques avaient été piratés et manipulés en faveur du président Uhuru Kenyatta, qui a remporté un deuxième mandat avec plus de la moitié des voix.
Kenyatta a été déclaré vainqueur le 11 août, avec 54,27% du vote, contre 44,74% atteint par Odinga, qui a été candidat à la quatrième fois après avoir été vaincu en 1997, 2007 et 2013 .
L’annonce de la victoire de Kenyatta a déclenché 2 jours de manifestations et d’émeutes manifestes par la police dans les quartiers de la baie de Nairobi et les bastions occidentaux de l’opposition.
Au moins 21 personnes, dont un bébé et une fille de neuf ans, ont été tuées les 11 et 12 août, presque toutes par la police, selon l’agence de presse française AFP.
Cette semaine, les observateurs et les pays occidentaux ont appelé  l’opposition à accepter les résultats de l’élection, qui n’a pas vu la preuve des fraudes et l’organisation non gouvernementale Human Rights Watch a estimé que l’examen était « marqué par de graves violations des droits de l’homme, y compris les meurtres illégaux et la police bat à des manifestations et à des opérations de recherche dans des maisons dans l’ouest du Kenya « .

Un jour historique pour l’Afrique !

Réagissant à la décision de la Cour suprême, le candidat de l’opposition kenyane, Raila Odinga, a déclaré aujourd’hui que « c’est un jour très historique pour le peuple du Kenya et, par extension, pour le peuple d’Afrique« .

« Pour la première fois dans l’histoire de la démocratisation africaine, une décision a été adoptée par un tribunal qui a renversé l’élection irrégulière d’un président. Il s’agit d’une décision rendue par un précédent », a-t-il déclaré.
Déjà, l’avocat qui a défendu la victoire du président sortant, Ahmednassir Abdulahi, a déclaré que la décision du Suprême était «politique et non légale».
Le «numéro deux» de la coalition de l’opposition, Kalonzo Musyoka, a estimé que «la dignité et l’intégrité de la Cour suprême ont été rétablies», mais a déclaré qu’il avait des doutes quant à la capacité de la Commission électorale à «organiser des élections libres, justes et crédibles « .

Le président du Kenya « est personnellement en désaccord«  mais respecte l’annulation des élections

Le président du Kenya, Uhuru Kenyatta, a déclaré qu’il «n’était pas d’accord personnellement» avec la décision de la Cour suprême selon laquelle ce vendredi a annulé son élection le mois dernier mais la respectera.

Cependant, Kenyatta a critiqué les juges, affirmant que « six personnes ont décidé de lutter contre la volonté des gens« .
Le président du Kenya a parlé au pays vendredi après que la Suprême ait annoncé sa décision dans la matinée.
La Commission électorale kenyane réclame le calme lors de nouvelles élections
Le président de la Commission électorale du Kenya a demandé mardi aux citoyens de faire face à une nouvelle élection qui se déroulera dans les 60 jours suivant la révocation de la Cour suprême du 8 août 2017.

« Nous exhortons les Kenyans à rester calmes et à se retenir pour ne pas compromettre la stabilité« , a déclaré Wafula Chebukati, rappelant que la Cour suprême n’a pas encore rendu une décision détaillée et définitive sur sa décision.

Selon la Cour, la Commission électorale du Kenya « a commis des irrégularités«  au cours des élections « qui ont affecté l’intégrité du processus électoral ».
Chebukati a déclaré que l’institution électorale «a pris note» des remarques de la Cour et fera des «changements internes du personnel» nécessaires aux prochaines élections.
Le président du corps électoral a reconnu que « quelqu’un devait assumer la responsabilité des fautes commises« , bien qu’il ait renoncé à sa démission, invitant le ministère public à «enquêter et poursuivre en justice un membre de la commission électorale» qui aurait agi illégalement.

 vendredi, 01 septembre 2017 11:23

Traduction du portugais en français : jinga Davixa

contact@franceangola.com

 

www.pdf24.org    Send article as PDF   

Une pensée sur “KENYA : La Cour suprême annule le résultat des élections présidentielles du 08 août 2017.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Partager
Partager