Ils nous volent tout ce qu’ils peuvent,… ne laissent rien, rien et rien !…

Le cas de Danilo dos Santos contribue à façonner la véritable étendue de la corruption intégrée au sein de ce régime. Cette situation montre la pauvreté qui existe dans le débat sur la corruption, qui d’une manière a contribué à l’effondrement dans tous ses aspects de la situation politique du pays. D’autre part, on se rend compte, également,  que l’on ne peut pas dissocier l’attitude criminelle de son fils du président de la corruption centrée sur l’image de José Eduardo dos Santos.

Par Raúl Diniz

Bien que la République d’Angola ait été transformée en Pays du Papa Banana, la situation est encore plus douloureuse et extrêmement grave parce qu’il est un crime commis par l’un des nombreux fils du plus haut magistrat de la république.

L’académicien, musicien et politicien Zeca Afonso, qui a chanté ainsi: (ils mangent tout, ils mangent tout, ils mangent tout et ne laissent rien)

L’électorat ne veut pas le silence de notre candidat, et encore moins des autres candidats, qui devaient être dissociées des pratiques nuisibles et impropres à la consommation, surtout en période d’élections. Cependant, la situation du pays est déprimante, les dirigeants des partis politiques n’ont pas tiré les bonnes conclusions…, ils regardent juste autour de leur bien-être et de ceux qui effectivement sont les leurs.

La crise des valeurs éthiques et morales est expliquée à l’œil nu et sont une flagrante réalité fantasmagorique, cependant, les politiciens sont incapables de tirer les véritables leçons pour aider à changer la direction désastreuse que suit le pays.

L’immensité des scandales commis par le clan de la famille du Président dos Santos montre dans une certaine mesure, une vision claire et perceptible de la corruption centrée sur l’image principale du régime despotique.

Maintenant, il y a peu ou pas de doute dans les déclarations habituelles successives du candidat de la situation, qui n’est pas et n’a jamais été sérieusement compromis dans la lutte contre la corruption. Le silence de João Lourenço autour de l’achat de la montre, (500.000$), prouve seulement qu’ils sont nourris de faux témoignages et le manque de vérité possible.

Tout ce qui a été dit par João Lourenço lié à la lutte contre la corruption, est juste euphémisme pur simulacre dosé horrible déconnecté de la réalité que vivent le pays et le peuple.

Je veux juste dire que la campagne de lutte contre la corruption proclamée par João Lourenço est dépourvue de toute crédibilité,

pour être tordue énormément par le silence observé par le MPLA durant l’attitude sans précédent de Danilo dos Santos qui achète une montre, et/ou des photos pour 500.000 (dollars)$ aux enchères aux États-Unis.

En Face d’un autre scandale dont est protagoniste un membre vrai membre de la famille, il n’y a aucune condamnation et/ou l’indignation de notre candidat João Lourenço qui a refusé de réagir à ce qui est arrivé.

Mais, de quel côté est João Lourenço, après tout ?

Du côté des voleurs, flagorneurs corrompus, ou du côté des déshérités ?

Pire encore, tout ce qu’il a été rapporté ici à propos de l’acte onéreux, onéreux de l’enfant Danilo dos Santos, est le manque d’humilité des parents du garçon.

Cette situation met à nu l’énorme pauvreté dans le débat politique en Angola. Cette situation a fortement contribué à l’effondrement de la structure du régime. Aujourd’hui, le MPLA est non structuré et est dépourvu de valeurs éthiques et morales.

João Lourenço sort très diminué de cette épisodique action d’impunité criminelle. Bien sûr, l’expressivité exposée dans le discours de lutte contre la corruption devient indigeste au point d’être remise en question, par sa crédibilité ?

Nous ne pouvons pas continuer à banaliser la corruption étatique galopante et en même temps traiter à la légère la pratique pertinente de népotisme qui fait rage dans tout le pays. Ce fait ne contribue certainement pas à moraliser l’ordre public et social.

D’autre part, le résultat des transferts financiers illégaux pour des comptes offshores, originaires de corruption et blanchiment d’argent commis par le Dictateur lui-même et sa famille doivent être au point mort, ils ne peuvent pas continuer à se développer. Cette situation honteuse ne sera vidangée que lorsque existera en Angola la séparation des 3 pouvoirs.

Par-dessus tout, l’Angola doit avoir la tête un Président équipé de valeurs éthiques profondes, ce qui contribue à moraliser les institutions de l’État.

Pour avoir une idée de la température régnant à l’intérieur du pouvoir, juste observer la gravité assourdissante de ce silence motive le geste fou du fils du président, reflète de la part du dictateur un manque flagrant de respect à toute la société.

Le geste honteux du fils du président est venu montrer la dimension réelle de l’état de dégradation de du système MPLA.

La corruption et la déloyauté du MPLA par rapport au souverain ont été une réalité constante. Ce n’est pas un cas isolé, ce garçon Danilo geste irréfléchi est lié à de nombreux des actes de pure gamanco pratiqués par la famille du Président République durant ces plus de 38 ans d’usurpation du pouvoir.

Il ne faut pas oublier la richesse accumulée par le président et sa famille codée dans l’ordre de milliards et de milliards de dollars. $$

          …l’ opposition enrégimentée !..

    Dans les mêmes circonstances, l’opposition parlementaire et enrégimentée autour du pouvoir, sur sièges avec une peur angoissante que l’on reconnait dans son silence. Jusqu’ici, nous n’avons entendu aucune déclaration de désapprobation de la part de nos candidats présidentiels intimidés.

A la lumière du jour, ils refusent de contrarier le Dictateur tout-puissant.

De plus en plus cette cohue se ressemble les unes aux l’autres, comme il doit se dire, ils sont tellement semblables même dans leurs différences.

Cette réalité vient démontrer l’absence de valeurs défendues par João Lourenço, le candidat du MPLA qui veut obtenir à tout prix, le pouvoir pour le pouvoir.

Il a également été démontré le désir ardent de João Lourenço de continuer à militer autour de mensonges maquillés comme vérités.

C’est le cas de se reporter à l’académicien, musicien et politicien Zeca Afonso, qui a chanté ainsi: (ils mangent tout, ils mangent tout, ils mangent tout et ne laissent rien).

L’heure et le moment sont de changer les maîtres de notre Angola. Nous militants extra-CAPS voulons un changement, et merci le peuple.

 Modificado em segunda, 29 maio 2017 01:40

Traduction du portugais en français : jinga Davixa

contact@franceangola.com

www.pdf24.org    Send article as PDF   

17 pensées sur “Ils nous volent tout ce qu’ils peuvent,… ne laissent rien, rien et rien !…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Partager
Partager