Une épidémie d’évanouissement affecte les élèves de différentes écoles, dans la province de Bié.

Une épidémie d’évanouissements affecte les élèves des écoles primaires et secondaires dans la ville de Kuito, province de Bié, au centre de l’Angola, un phénomène qui a entrainé l’arrêt des classes, le temps que les autorités appellent au calme.

Cette situation, qui a lieu lundi, a conduit le Gouverneur provincial, Boavida Neto, à parler afin de rassurer les parents et les tuteurs, indiquant que les responsables gouvernementaux travaillent avec les directions de la santé et de l’éducation, le service des enquêtes criminelles pour évaluer les causes de ces évanouissements.

Boavida Neto, cité par l’agence de nouvelles angolaise Angop, a exhorté les parents et les tuteurs à sensibiliser les enfants à retourner à l’école, quand on les appellera, ce qui devrait se produire bientôt.

Le phénomène a affecté les écoles de formation en techniques de santé 4 avril, les écoles de l’enseignement secondaire « King Ndunduma II» et de l’enseignement secondaire « Manguxi » et il n’a pas été avancé le nombre d’enfants touchés.

L’intervention de la protection civile nationale et des services d’incendie, de l’Institut de médecine d’urgence d’Angola (Inema) et le Service des enquêtes criminelles a permis le transport des élèves à l’hôpital général de Bié, pour les premiers soins.

 

L’épidémie de perte de connaissance dans les écoles est enregistrée en Angola depuis 2011, quand il avait été signalé pour la première fois, ce phénomène dans les écoles de Luanda, une situation qui s’est multipliée dans d’autres provinces, à savoir Cabinda, Cunene, Namibe, Uige, Huíla, Huambo, Lunda Sul.

 

En 2011, le Président angolais, José Eduardo dos Santos, avait même créé une commission multi-sectorielle pour enquêter sur des centaines de pertes de connaissance collectives, mais les causes de ce phénomène demeurent inconnues, à ce jour…

 jeudi, 07 juillet 2017 10:56

Traduction du portugais en français : jinga Davixa

   Send article as PDF   

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Partager
Partager