DICTATURE : Le président du Parlement « NANDÓ »  veut en finir avec les réseaux sociaux en angola…

Le président du Parlement angolais, Fernando da Piedade Dias dos Santos « Nando », a déclaré aujourd’hui à Luanda qu’il est impératif que la société se mobilise et se classe Clench pour empêcher les réseaux sociaux de devenir un facteur destructeur de ce que le MPLA ne pouvait détruire totalement au cours de ses presque 43 années de pouvoir: les valeurs éthiques, morales, sociales, culturelles et politiques.    

Fernando da Piedade Dias dos Santos a pris la parole lors d’une conférence sur la Journée mondiale du droit, qui a été célébrée le 10 juillet 2018, un événement organisé par le groupe des femmes parlementaires, en partenariat avec l’Association des femmes juristes.

Le président de l’Assemblée nationale a précisé que compte tenu de leur nouveauté, de leur complexité et de leur localisation non géographique, les réseaux sociaux requièrent une attention particulière en raison de l’absence presque totale de réglementation. 

Il a noté que l’inversion des valeurs éthiques et la décadence morale ont pour source (au-delà, bien entendu, du MPLA lui-même) cette nouvelle réalité, qui reconnaît d’innombrables avantages, mais regrette aussi cette influence négative dans la société.

« Nandó » a signalé à l’occasion que la décadence morale, la perte de valeurs et d’autres maux qui infirment la société angolaise ont un tel sérieux qui ont même des répercussions sur la sécurité de l’Etat lui-même.

En d’autres termes, à l’instar de nos jeunes activistes, les personnes utilisant les réseaux sociaux devraient être arrêtées, éventuellement abattues, pour avoir commis des crimes si lourds contre l’Etat du MPLA lui-même.

   ANGOLA : Nandó, Président de l’Assemblée Nationale (…et familiale ?), importera les 250 Lexus 4×4 ! , via son propre fils. (77 millions $)…

« Nandó » tu as raison. Cette chose à dire que l’Angola a 20 millions de pauvres, l’un des pays les plus corrompus du monde et l’un des leaders mondiaux de la mortalité infantile est inclus dans les crimes contre la sécurité de l’Etat
Le leader du MPLA a déclaré que c’était pour cette raison que, après avoir approuvé de manière générale, l’Assemblée nationale devrait discuter en détail de la proposition du Code pénal, consciente que lorsque cet instrument juridique sera finalement approuvé, aura le minimum requis. d’assurer la réalisation de l’objectif qu’il propose.

Pour «Nandó», l’État ne devrait pas se limiter à la fonction de régulation de la société sans s’assurer que les lois garantissent que leurs citoyens, à travers elles trouvent leur accomplissement en tant qu’individus et aient le minimum de satisfaction de leurs besoins.
Le président de l’Assemblée nationale, Fernando da Piedade Dias dos Santos, avait déclaré le 24 octobre 2016, à Genève, en Suisse, que l’Angola est une préoccupation majeure en termes d’intimidation et de représailles contre les défenseurs des droits humains.

      Rufino,.. anecdote macabre ?..

En cette année « Nandó » avait eu l’intention de recevoir le prix mondial, ou au moins européen, de la meilleure anecdote macabre

Alors, que l’attendait en Angola des cas d’intimidation et de représailles contre les défenseurs des droits de l’homme ? Après le chortle initial, bien qu’il ait atteint le sommet des décibels humains, il est un cas de conclure que finalement « Nandó » a raison.

En effet, en Angola, les défenseurs des droits humains ne devraient pas, selon le régime, subir des représailles. Ils devraient contribuer à la chaîne alimentaire des alligators de Bengo.

Ça y est, n’est-ce pas Monsieur le Président de l’Assemblée nationale … le MPLA ?

Fernando da Piedade Dias dos Santos a dit tout en tenant compte de la 135e Assemblée générale de l’Union interparlementaire (UIP), en faisant valoir qu‘il appartient aux parlementaires de faire une distinction claire (en cas de doute s’il vous plaît se référer au manuel MPLA) entre les défenseurs des droits humains et les activistes politiques qui, pour la plupart, ont un agenda et des intérêts bien définis.

C’est vrai. Les vrais défenseurs des droits de l’homme dans le royaume sont seulement et seulement ceux qui ont des cartes MPLA et que, pour cela, ils sont mandatés. Tous les autres, quels qu’ils soient, le font pour des intérêts obscurs et non confessés.

Comme on le sait, ce sont eux qui ont fait de l’Angola l’un des pays les plus corrompus du monde et aussi le pays le taux de mortalité infantile est le plus élevé au monde.

Fernando da Piedade Dias dos Santos a souligné, selon les directives supérieures, la nécessité de renverser cette image sombre qui, à son avis, pourrait être modifiée par des dispositions légales, afin de les rendre compatibles avec les normes des droits de l’homme ainsi qu’un suivi approfondi des règles et règlements relatifs aux droits de l’homme.
La publicité merci. « Nandó » ne donne pas un point sans un noeud.

En outre, il devrait être compris dans les aréopages internationaux que l’Angola est ce qu’elle n’est pas: une démocratie et un état de droit.

Quiconque ne croit pas suffit à dire. Le système tentera de les clarifier, soit par fiction, soit, ce qui est plus normal et selon votre ADN, en demandant le numéro de compte bancaire, si possible dans un paradis fiscal.

  .. l’Angola est … une démocratie et un état de droit ?.. selon votre ADN ?..

Fernando da Piedade Dias dos Santos a également suggéré certaines normes comme la compilation et la diffusion d’informations sur le fonctionnement des commissions parlementaires sur les droits de l’homme, la mise en œuvre de la surveillance des traités internationaux relatifs aux droits de l’homme et la mobilisation pour lutter contre la traite des enfants et le travail des enfants .

Cela ressemble même à une règle de droit. Ce n’est pas. Mais la communauté internationale aime être trompée et mangée de l’oignon. Et puis quand le régime décide d‘ouvrir les lacets au porte-monnaiec’est de l’or au bleu.

La liste des références, le Président de l’Assemblée nationale (MPLA) a également souligné la création d’une plate-forme internationale pour les défis et les expériences de partage, ainsi que la promotion et le renforcement des droits de l’homme à travers des projets d’assistance technique de l’UIP. 

    les alligators de Bengo,.. tuer d’abord…

D’autre part, « Nando » a noté que les inégalités croissantes au sein et entre les pays, en particulier ceux du genre, le chômage des jeunes, les menaces sanitaires mondiales, les conflits sur la montée de l’extrémisme violent, le terrorisme et le phénomène migratoire menace d’inverser une grande partie des progrès réalisés par les États au cours des dernières décennies en termes de développement.

C’est pourquoi le régime du MPLA pense qu’il est acceptable de tuer d’abord et de poser des questions plus tard. Ainsi (même si elle n’a pas de sexe, de chômage des jeunes ou de problèmes de santé), elle transcende les conflits de ligne, l’extrémisme, le terrorisme et d’autres phénomènes modernes tels que les réseaux sociaux.

Prenant la parole à la plus grande tribune parlementaire du monde, Fernando da Piedade Dias dos Santos a déclaré que « l’Angola défend que la combinaison des efforts de la communauté internationale est nécessaire dans la recherche de solutions durables aux pays les moins avancés dans la promotion et la protection des droits de l’homme, y compris environnementaux, dans la foulée de l’Accord de Paris « .

« Nous pensons aussi que si nous supposons toute la diversité et la complémentarité des idées et des approches que le respect des droits de l’homme et des libertés est de notre responsabilité, nous pouvons inverser cette situation en 2030 ce qui laisse présager préoccupante », a-t-il affirmé « Nando ».

 .. le travail commencé le 11 Novembre, 1975 .. le travail commencé le 11 Novembre, 1975 .. le travail commencé le 11 Novembre, 1975 ..le travail.. 

« Nandó » est vraiment optimiste. Ceci, en Angola, ne va que là  – pense avec certitude le Président de l’Assemblée nationale – si l’objectif est d’au moins 2050, et ils ont la garantie qu’ à cette date, le MPLA de poursuivre le travail commencé le 11 Novembre, 1975 .

Partagez cet article

Le 16 juillet 2018

Traduction du portugais en français : jinga Davixa – (re-lecture et corrections en cours…)

www.pdf24.org    Send article as PDF   

4 pensées sur “DICTATURE : Le président du Parlement « NANDÓ »  veut en finir avec les réseaux sociaux en angola…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Partager
Partager