CRISE : Le Président João Lourenço, a trouvé des « caisses vides », dit le Jornal de Angola…

Le Jornal de Angola écrit aujourd’hui dans un éditorial que le Président angolais, João Lourenço, a trouvé des « caisses presque vides » quand il est arrivé au pouvoir et que le MPLA doit prendre en charge « assumer clairement » pour le gouvernement actuel.    

La position apparaît dans l’article d’opinion habituel signé dimanche par le directeur du journal détenu par l’Etat angolais, Victor Silva, nommé pour ces fonctions en Novembre 2017 par le chef de l’État, João Lourenço.

Mise en évidence la présence de João Lourenço. à l’Assemblée nationale jeudi dernier pour présenter et défendre le budget de l’État pour cette année – ce qui a eu lieu pour la 1 ère fois dans l’histoire du pays – l’éditorial dit que le discours du chef de Était une « incitation pour l’avenir ».

       ..une incitation pour l’avenir !…
   ….une incitation pour l’avenir !…

  « Compte tenu de la réalité des coffres presque vides, qu’il a trouvé, il n’a pas hésité à annoncer des mesures correctives, l’équilibre macro-économique, qui se révèlent difficiles immédiatement, avec l’aggravation des conditions de vie des familles, mais qui apportera des avantages à moyen et à long terme » , dit l’article, intitulé  » Dans le futur, le passé sont des miettes ! « .

João Lourenço a été élu Président de la République lors des élections générales du mois d’août dernier par le MPLA. Il était au pouvoir, au bout de 38 ans, José Eduardo Eduardo dos Santos, qui reste toutefois le président du parti, qui soutient le gouvernement.

Depuis sa prise de fonctions à la fin Septembre, João Lourenço a élaboré une politique de lutte contre la corruption et l’abus de fonds publics, critiquant l’impunité du passé. Il a également enlevé plusieurs enfants et d’autres éléments proches de l’ancien chef de l’État de l’administration de diverses entreprises et institutions publiques, obtenant un fort soutien populaire national. 

Même le directeur du Jornal de Angola dit que le gouvernement, dirigé par João Lourenço, en tant que détenteur du pouvoir exécutif, connaît un « état de grâce », qui est « le fruit du courage avec lequel il assumait divers changements de caractère. »

         Tshizé dos santos !..

Cependant, il souligne: « Nous avons vu aussi sous le couvert d’un certain anonymat honteux, un ensemble de critiques personnelles de la figure du Président , en particulier dans le contexte dont il est d’être à l’écart des décisions émises par le MPLA. »

       Isabel dos Santos !..

« La langue débridée de certains ont dit de façon anonyme, la libération permanente des commentaires insidieux sur les réseaux sociaux, le dénigrement constant de personnes du cercle personnel et politique du Président montre que les temps qui viennent ne seront pas seulement difficiles par la situation économique qui est connue, mais aussi par la fourberie que certaines personnes veulent perpétuer quand elles sentent leurs intérêts personnels ou familiaux en question », prévient-il.     

Avec José Eduardo dos Santos en tant que président du MPLA et João Lourenço à la présidence – encore vice-président du parti – l’opposition angolaise a accusé la structure actuelle du pouvoir de bicefalia, une charge est officiellement niée.

« Le MPLA est à la croisée des chemins, et si vous voulez maintenir le respect et dans l’avenir, le vote à la majorité des angolais doit assumer clairement un soutien à ce gouvernement et unir leurs forces pour faire partie de la solution et n’est pas un promoteur de facteur permanent des problèmes, perdu dans cette heure qui vit », prévient Victor Silva, dans l’éditorial de Jornal de Angola aujourd’hui.

Le Président de l’Angola, João Lourenço, a déclaré le 8 Janvier, qu’il  ne sentait pas de crispation avec l’ancien chef de l’Etat José Eduardo dos Santos, mais attend à ce que l’engagement pris soit respecté, laissant la direction du parti en 2018.

« Seulement, il rivalise dire si il le fera, si il respectera cet engagement. Dans ce cas, il est seul compétent pour le dire », a déclaré João Lourenço, qui parlait depuis les jardins du Palais présidentiel, à Luanda, lors de sa 1 ère conférence de presse avec plus d’une

Olà !..chamo cabritta !…

centaine de journalistes d’organismes nationaux et étrangers, pour les 100 jours après son arrivée à la tête du gouvernement.

le dimanche 21 janvier 2018 à 14h14

Traduction du portugais en français : jinga Davixa

PDF Converter    Send article as PDF   
Partager
Partager