ANGOSAT : LE GOUVERNEMENT PREND… LES PIEDS POUR DES MAINS !..

Les responsables angolais aujourd’hui, copiant ce qu’ils faisaient hier, ont assuré que le 1er satellite angolais, lancé mardi, est sous contrôle, contrairement aux informations publiées aujourd’hui indiquant que la Russie avait perdu le contact avec l’appareil. Autrement dit, le gouvernement nie ce qui n’a pas été dit et, involontairement, confirme ce qui a été dit…

Aucune nouvelle, comme on peut le voir abondamment (ici dans folha 8 par exemple), dit que les autorités russes ont perdu le contrôle du satellite. Pour ce qui est de perdre le contact, ce que nous pensons être différent de perdre le contrôle, la Roscosmos State Corporation pour les activités spatiales elle-même, une agence gouvernementale responsable du programme russe de science aérospatiale et de recherche générale, confirme cette «difficulté». « Tout indique que ce sera un problème transitoire. »

S’adressant aux journalistes à la fin du Conseil des ministres aujourd’hui, le secrétaire d’Etat aux technologies de l’information, Manuel Homem, a rejeté le fait qu’il y avait des problèmes dans les contacts avec le satellite, remplissant ce qui était prévu.

Manuel Man a montré clairement qu’il ne savait pas de quoi il parlait et, comme d’habitude, il ne parlait pas de ce qu’il savait. Ce qui était attendu, c’est que l’Angosat, après être entré en orbite, commence à transmettre des données.

Et cela ne s’est pas produit, ce qui a amené les techniciens à parler de la perte de la télémétrie.

Selon des nouvelles publiées aujourd’hui, la Russie a perdu le contact avec le 1er satellite angolais de télécommunications Angosat, lancé mardi à partir du cosmodrome de Baïkonour au Kazakhstan.

 

« Le contact a cessé temporairement, nous avons perdu la télémétrie », a indiqué la source du cosmodrome à France Presse, affirmant qu’elle espère rétablir le contact avec le satellite.

Le secrétaire d’État à la technologie de l’information a également perdu la « télémétrie » du MPLA / gouvernement, oubliant qu’il n’était pas censé nier le KCNA (Korean Central News Agency) mais France Presse.

Selon le responsable angolais, ce qui « est arrivé c’est qu’en fait le lancement du satellite a eu lieu hier (mardi). Le satellite a suivi sa trajectoire normale, est dans l’orbite pour laquelle il était prévu » et « nous avons sous contrôle le satellite « , a déclaré Manuel Homem, cité par l’agence de presse angolaise Angop, malheureusement encore une version (quoique de meilleure qualité) du KCNA.

Manuel Homem a ensuite envoyé plus d’informations officielles sur l’état de l’appareil. Comment ? Etat satellite ? Donc, si tout est normal et comme prévu, que dira-t-on de l’état d’Angosat ?

Angosat représente un investissement de l’État angolais de 320 millions $$$ (269,6 millions d’euros) et son lancement a été célébré à Luanda avec des feux d’artifice.

L’Angola est ainsi devenue le 7ème pays africain, avec l’Algérie, l’Afrique du Sud, l’Egypte, le Maroc, le Nigeria et la Tunisie, avec un satellite de communication en orbite.

L’appareil, construit par un consortium d’État russe, a été lancé à l’aide de la fusée ukrainienne Zenit-3SLB, qui implique également la société spatiale russe Roscosmos, et sera testé jusqu’en mars.

La semaine dernière, le ministre des Télécommunications et des Technologies de l’information, José Carvalho da Rocha, avait déclaré que 40% de la capacité commerciale du satellite était déjà réservée et que l’Etat angolais estimait le recouvrement de l’investissement dans au moins 2 ans.

  le 27 décembre 2017

Traduction du portugais en français : jinga Davixa

Partager cet article

 

   Send article as PDF   

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Partager
Partager