ANGOLA : MOURIR À LA PORTE DE L’HÔPITAL, ET SANS AUCUNE ASSISTANCE…..EST CRIMINEL !

Une équipe de l’Inspection générale de la santé angolaise enquête sur les circonstances dans lesquelles un homme de 31 ans est mort à la porte de l’hôpital de Kapalanga, dans la municipalité de Viana, près de Luanda, pour manque de soins allégués.
La plainte a été déposée aujourd’hui par des proches de la victime, qui a été victime d’un accident à l’entrée de la zone de Zango à Viana, dimanche matin, et a d’abord été emmenée dans un hôpital municipal de cette zone.

Maria Luísa Martins, la mère de la victime, a déclaré à la radio publique angolaise que son fils avait été transféré de l’hôpital municipal de Zango à l’hôpital de Kapalanga , mais il est arrivé à cette unité sanitaire il n’y avait pas de civière pour enlever le blessé de la voiture qui l’a secouru.

Selon Maria Luísa Martins, il y avait aussi un manque de carburant pour l’ambulance qui était censée transférer l’enfant de là à un autre hôpital, et il était nécessaire parmi les familles d’apporter une contribution financière  pour fournir le véhicule.

La mère de la victime a déclaré que son fils est décédé sans recevoir la moindre aide de l’hôpital.

Ce matin, après la plainte, plusieurs auditeurs ont appelé la radio de Luanda pour signaler des cas similaires survenus dans ce même hôpital.
La directrice provinciale de la santé de Luanda, Rosa Bessa, a déclaré que l’équipe provinciale et l’équipe d’inspection générale de la santé avaient travaillé toute la journée pour découvrir les faits, notant qu’ils avaient entendu la direction de l’hôpital et le personnel service ce jour-là, y compris le conducteur.

« Ce que nous pouvons dire, c’est que le jeune homme a eu un roulement et a été aidé par l’équipe en service ce jour-là, nous finirons le rapport préliminaire et nous reviendrons avec d’autres données », a-t-il dit.

Rosa Bessa a souligné que le travail est en cours et que « si cela est imposé, les gens peuvent être tenus responsables ».

« C’est dans le cadre d’une enquête, nous prendrons en compte toutes les préoccupations présentées et nous nous prononcerons ensuite. Tout passe par la conclusion de cette dénonciation qui nous est parvenue et nous conclurons avec tout le zèle et le dévouement qu’elle impose, la situation est vraiment regrettable « , a-t-elle ajouté.

 mardi le 18 octobre 2017

Traduction du portugais en français : jinga Davixa

Partagez cet article

 

www.pdf24.org    Send article as PDF   
Partager
Partager