PARLEMENT : L’ORGASME DES VAMPIRES…

L’État angolais (celui qui continue à hisser le drapeau de la crise) passera en 2018 la modique somme de 6 millions d’euros dans la construction, qui est venu à être suspendue à cause de cette question de la crise, du soutien administratif des membres, dans le nouveau siège de l’Assemblée nationale, à Luanda.

Nos 20 millions de pauvres souffrent déjà avec satisfaction. Ou alors sont dans la faim ?

Il s’agit d’un travail effectué par la société portugaise Somague, qui a été évalué en 2014, lorsque l’entreprise de construction a commencé à travailler, à 136 millions  $,  (110 millions d’euros).

L’institution nationale qui évoqua « la crise » conduit à l’interruption des travaux pendant près de 2 ans, mais les travaux ont repris en 2017.

Les bâtiments concernés visent à compléter et soutenir les 220 employés des partis, également connus sous le nom de députés, qui salir la crèche des fonds publics et le fonctionnement du nouveau siège de l’Assemblée nationale de l’Angola, construit par la société de construction Teixeira Duarte pour environ 185 millions et inauguré en 2015.

Maintenant, dans le projet de loi sur le budget d’Etat (OGE) pour 2018, en cours de discussion (acte purement formel) au Parlement, le gouvernement a signé un budget de 1.500 millions de kwanzas (5,9 millions d’euros) pour la construction et l’équipement des bureaux de l’Assemblée nationale, à Luanda.

En janvier 2017, l’achèvement de la construction de l’immeuble de bureaux par la société Somague pour 39,6 millions d’euros, inclus dans la ligne d’assurance crédit et d’exportation portugaise COSEC, avait été approuvé.

L’information a été contenue dans un ordre signé par le président de l’époque José Eduardo dos Santos, autorisant le nouveau contrat et confirmant l’attribution du contrat à la société portugaise par le Bureau des travaux spéciaux.

Il avait été rapporté en octobre 2015 que le gouvernement du MPLA (le seul que le pays ait connu depuis l’indépendance) a approuvé les travaux de construction sur les immeubles de bureaux dans les nouveaux locaux du Parlement par Somague, mais que la forte dévaluation du kwanza devrait forcer la révision des valeurs.

En cause était alors la décret présidentiel publiée le 28 septembre 2015, confirmant en termes juridiques l’attribution du contrat à Somague Angola pour 13 346 millions de kwanzas, soit 88,3 millions d’euros au taux de change d’alors, et de 72,2 millions d’euros au taux de la date du nouveau décret.

La source de Somague, contactée en octobre 2015 par Lusa, a expliqué que des pourparlers étaient en cours avec le client, l’Etat/MPLA, en vue de réviser l’accord d’échange, à la lumière de cette dévaluation.

En outre, les travaux,  qui impliquent une superficie de 42.000 mètres carrés, est venu à être stoppé complètement pendant presque 2 ans, « la demande du client », a déclaré la même source, ajoutant que l’entreprise a montré la volonté de poursuivre le contrat, bien que à un rythme plus lent, compte tenu des retards de paiement.

L’orgasme des vampires…

..des personnes de la même famille !…

Le Parlement d’ Angola, reflétant une crise ??… qui n’existe que pour les 20 millions de pauvres du pays, prévoit également de dépenser près de 70 millions d’euros pour acheter des nouvelles voitures aux 220 députés de la IV législature. Quand la décision fut connue, personne ne s’étonna que les listes électorales des partis devinrent un groupe de personnes de la même famille…

L’ordre du Parlement 3/17 du 22 mai délègue au secrétaire général de cette instance le pouvoir de conclure au nom de l’Assemblée nationale le «contrat d’achat et de vente de véhicules Lexus 4×4, modèle LX 570, de 2017, pour les membres de la IV législature « .

L’ordre, il est lu, autorise des dépenses de 12,934 millions de kwanzas (69,5 millions d’euros ), « pour le paiement des véhicules pour l’usage du protocole« .

L’Angola connaîtrait une profonde crise financière et économique due à la baisse des recettes d’exportation du pétrole et a lancé des mesures d’austérité visant principalement … 20 millions de pauvres, essayant d’apprendre à vivre sans … manger…

Y a-t-il des différences entre le MPLA et les autres ?..

Avec l’approbation des partis d’opposition, le MPLA est un parti qui existe pour satisfaire les intérêts personnels et pour accumuler du capital. Fondé le 10 décembre 1956 et au pouvoir depuis le 11 novembre 1975, il avait pour essence – ainsi que d’autres – la lutte pour la libération des peuples du joug colonial.

C’était un objectif dont les membres fondateurs poursuivaient avec l’esprit nationaliste que la nation était plus importante que toute prétention personnelle. Comme il se trouve aujourd’hui, c’était le sol qui donnait des raisins … si jamais ils les avait donné.

Une subversion des intérêts et des valeurs a prévalu au sein du plus grand parti/Etat de l’Angola puisque la question politique à la base du MPLA était pré-partisan, qui est au coeur des intérêts du mouvement politique, qui a maintenant disparu dans leurs actions.

Il y a des gens en Angola et le MPLA en particulier méprend la politique et sa disposition pour que la satisfaction des intérêts personnels qui portent atteinte au bien-être des pauvres, sont telles que – par Agostinho Neto – devrait venir en premier .

En fait, personne au MPLA ne veut rien savoir aujourd’hui sur la thèse emblématique d’Agostinho Neto qui, rappelez-vous, a dit que l’important était de résoudre les problèmes du Peuple !..

La plupart des jeunes et même les aînés ne connaissent pas l’histoire idéologique du MPLA. Ils sont dans le parti juste pour l’occasion, et ce nest pas de la politique. C’est un crime de blessure. C’est dénaturer la politique, c’est-à-dire prendre le crédit de la politique dans le vrai sens du terme.

                ..« l’ opposition » angolaise ?..

Mais l’opposition est dans le même sac

C’est vrai. Mais si les dirigeants des principaux partis, en commençant par leurs dirigeants, sont à l’honneur pour cette maxime qui dit ou dit que

ceux qui ne vivent pas pour servir ne sont pas aptes à vivre l’Angola ne cessera jamais d’être un serpent la corruption.

 

Nos partis n’ont pas de valeurs humaines de solidarité, de lutte contre les inégalités. Leurs dirigeants pensent même que cette idée du parti existe pour résoudre les problèmes du peuple est une utopie. Pour eux, le parti n’existe que pour l’appropriation des biens et l’accumulation illicite des richesses. c’est simple.

  … l’ accumulation primitive de capital !…

En doutez-vous ?.. | Le MPLA n’est aujourd’hui qu’un instrument d’accumulation primitive de capital.

   accumulation ILLICITE ?..de capital ?

La.. preuve ?.. en est que ses dirigeants ont tous, tous et chacun, un mode de vie du point de vue économique très lâche. Ils n’ont pas besoin d’exercer une activité ou une profession. Il leur suffit d’être des chefs de parti. Un des opposants du parti peut-il lancer la première pierre?

C’est ça Pour le MPLA, voler le pauvre pour donner à ses riches est un devoir et une obligation révolutionnaire. Le MPLA actuel fonctionne pour les quelques millions qui ont des millions, volant les millions qui ont peu ou rien. Et en Angola, il n’y en a pas aussi peu que cela. Ils sont 20 millions. Et comment cela se passera-t-il avec l’opposition qui s’accroche à tous les intendants et qui, soit dit en passant, veut mettre toute la famille au Parlement ??…

Toujours regarder les Angolais intrépides et sereine la parade de ceux qui volent et frauder l’économie nationale, avec la plus grande impunité, en bénéficiant de la bénédiction «supérieure», de qui a juré d’observer et de faire respecter la Constitution, mais il n’en est, sinon le contraire…

 

avec Lusa 31 janvier 2018

Traduction du portugais en français : jinga Davixa. – (Corrections en cours….avec toutes nos excuses !…)

Email : contact@franceangola.com

Partagez cet article…

PDF24    Send article as PDF   
Partager
Partager