ANGOLA : LES INFIRMIÈRES MENACENT DE FAIRE GRÈVE ET ACCUSENT LE GOUVERNEMENT

Les infirmières de Luanda menacent de « tout arrêter à tout moment » si les autorités ne résolvent pas les réclamations datant de 2012, telles que le salaire, les indemnités de consultation et la promotion du personnel, a déclaré le syndicat.

Le secrétaire général adjoint du Syndicat des infirmières de Luanda, António Kileba, a déclaré qu’il y avait « mauvaise foi » de la part du Bureau provincial de la santé et du gouvernement de Luanda pour résoudre les problèmes « , suite aux négociations après la grève Mai.

« Avec les documents signés et les délais établis, quand on ne s’acquitte pas de ce qui a été convenu, nous croyons que rien ne restera si nous n’activons pas la loi de la grève pour faire usage de nos souhaits », a-t-il déclaré.

Selon le syndicaliste, après la suspension de la grève en mai, deux commissions techniques ont été créées dans le cadre des négociations avec le gouvernement provincial de Luanda, afin d’éliminer tout personnel ayant des arriérés en retard et une autre pour déterminer les arriérés de quotas de consultation.

« Ce processus s’est terminé le 10 août, nous avons terminé le processus, mais l’autre commission, qui est la subvention des professionnels qui consultent dans les hôpitaux et les centres de santé il n’y a pas de médecins, jusqu’à présent on ne s’est pas rencontrés, pas faute de temps , mais plutôt par la mauvaise foi de la part du Bureau provincial de la santé et du gouvernement provincial « , a t-il expliqué.

La défense de la carrière des infirmières, le manque de promotion de ces professionnels et le vieillissement des cadres du secteur sont d’autres préoccupations qui, selon António Kileba, concernent environ 7 000 infirmières de Luanda.

« Au niveau syndical, nous voulions que cette situation soit résolue. La patience des professionnels est terminée et, à partir de maintenant, nous attendrons la résolution, sinon nous allons frapper », a-t-il déclaré.

Pourtant, António Kileba a déclaré qu’il espérait un «nouvel accent» du nouveau dirigeant, qui a été assermenté samedi, y compris le nouveau gouvernement provincial de Luanda, «en particulier dans le secteur de la santé avec des installations hospitalières et des médicaments à de grands maux qui rendent le secteur malade « .

Il est rappelé que le 8 mai, le Syndicat des infirmières et infirmiers de Luanda a décidé de suspendre la grève prévue pour ce jour après avoir reçu des garanties du gouvernement qui allaient résoudre, jusqu’à août.

L’information a été avancée à l’époque par António Kileba, notant que s’il n’y avait pas de réponses plausibles du gouvernement de Luanda jusqu’en août, «les infirmières seront en grève jusqu’à ce que toutes les réclamations soient satisfaites», couvrant un total de 6 000 techniciens.

« D’où la raison de la motivation de ce processus de protestation, qui a culminé le 3 mai, avec une éventuelle négociation, où le gouvernement a assumé la culpabilité de ne pas avoir payé avant et a répondu à nos préoccupations, en supposant mettre fin à ce processus jusqu’au mois de Août, payant le rétroactif « , a-t-il déclaré.

Selon le syndicaliste, la volonté du gouvernement angolais de résoudre les exigences des techniciens en soins infirmiers dans la capitale angolaise s’est manifestée lors d’une réunion que le syndicat a maintenu avec le vice-gouverneur de la province dès que les autorités ont pris connaissance de la grève.

« Le communiqué de grève a été remis au gouvernement le 2 mai et, le lendemain, le gouvernement a appelé l’union à un dialogue possible, que nous, du point de vue syndical, considérons comme temporaires, car dans un délai de cinq ans, le a résolu la situation « , a t-il expliqué.

Le Syndicat des infirmières de Luanda attend depuis 2012 les réponses aux 12 points contenus dans le dossier d’appel d’offres soumis au gouvernement provincial de Luanda pour le «paiement des arriérés, des ajouts de catégorie, des ajustements de salaire et des paiements de subvention».

Selon António Kileba, seul le «paiement des paiements rétroactifs a été divisé par deux», avec «le versement d’un supplément de 40% au salaire de base de l’infirmière technique moyenne travaillant dans les lieuxil n’y a pas de médecin et 60% aux techniciens de base « continuent jusqu’à présent » sans réponses du gouvernement « .

Adriano Mendes de Carvalho est le nouveau gouverneur de la province de Luanda nommé samedi du Psident angolais João Lourenço en remplacement du général Higino Carneiro, maintenant second vice-président du Parlement angolais.

 

  Lusa le 2 octobre 2017

Traduction du portugais en français : jinga Davixa

Partagez cet article

 

 

 

   Send article as PDF   

2 pensées sur “ANGOLA : LES INFIRMIÈRES MENACENT DE FAIRE GRÈVE ET ACCUSENT LE GOUVERNEMENT

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Partager
Partager