ANGOLA : LE REPORTAGE DE LA SIC ET L’ INSENSIBILITÉ DE “L’ ÉLITE”

Ecrivons clairement. La chute du prix du pétrole a mis à nu l’incompétence du gouvernement de José Eduardo dos Santos et a rendu impossible pour que cela continue de payer un certain nombre de politiciens, hommes d’affaires et des relations publiques portugaises (et d’autres nationalités) à présenter au monde une fausse image la prospérité de l’Angola.

Tous se souviendront du rapport transmis par la station de télévision de Lisbonne TVI, signé par le journaliste Victor Bandarra vantant, en termes surréalistes et flamboyants, les progrès angolais. Cela a duré jusqu’à au début de 2014.

Pas étonnant qu’il ne soit plus possible de faire ce genre de rapports de marketing. Il y a trois jours, le SIC a diffusé le rapport « Angola un pays riche de 20 millions pauvres», représentant l’opposé de TVI.

Gouvernement, fidèle à lui-même, a réagi rapidement. L’un des éléments de la partie officielle de la défense était la négation des statistiques. Cet argument est ridicule. Qui prend la peine de les lire, voir qui sont dévastateurs pour le gouvernement (et malheureusement pour le peuple). Le gouvernement a réussi à transformer un pays riche, un pays de gens très pauvres.

Il a réussi à mettre l’Angola parmi les derniers, dans la queue du monde. Avec tant de richesses, la mauvaise gestion du gouvernement et le pillage de José Eduardo dos Santos sont des œuvres majeures et un exemple pour toute l’économie Guide: « Comment appauvrir un pays riche. » Ce sera le titre de l’étude de cas angolais.

La guerre n’est d’aucune excuse, car elle a empêché l’enrichissement illicite des dirigeants et de leurs familles, ainsi que ses serveurs nationaux et étrangers.
Pour ceux qui ont la patience ici sont les statistiques. Les sources sont les rapports sur le développement humain de l’ONU; Les données sur la Banque mondiale en Angola; Statistiques sur l’Angola UNICEF.

En termes de développement humain, l’Angola est le pays 149 sur un total de 188 pays. Il est donc à la fin de la liste. L’Angola est un pays à faible développement humain, la pire note en quatre niveaux: très élevé de développement; développement élevé; développement à moyen et faible développement.

Le pays est dans la société birmane, le Swaziland, le Zimbabwe, entre autres.
L’espérance de vie à la naissance est de 52 ans.

L’Angola est parmi les 10 pires pays au monde où les gens meurent plus jeunes.

Ses pairs sont l’Afghanistan, la Somalie, le Tchad, la République centrafricaine, entre autres.
Le taux de mortalité infantile est de 101 bébés par 1000 naissances. Cela signifie que soit un taux supérieur à 10 pour cent. L’Angola est également les 10 pays du monde où plus de bébés meurent pendant l’accouchement. Décès de moins de cinq ans sont 167,4 par 1000: plus de 16 pour cent. Il est dans la même situation lamentable – dans la queue parmi les derniers du monde.

L’abandon scolaire au niveau de l’enseignement primaire, est 68,71 pour cent. Ce nombre est catastrophique. La nouvelle génération d’Angolais, seulement 30 pour cent dépasse l’école primaire, en gardant la grande masse en situation quasi analphabétisme parce que le décrochage scolaire signifie également que les enfants oublient ce qu’ils ont appris.

Il ne peut y avoir de progrès sans éducation de base solide.

D’une part, le manque d’éducation en Angola est à la tête lourde de son contrôle continu par une petite élite dédiée au vol de fonds publics et de l’oppression du peuple. D’autre part, le pays dépend des étrangers pour sa croissance. L’échec dans l’éducation est terrible pour des personnes réelles, pour la prospérité du pays et, en fin de compte, pour l’indépendance et la fierté nationale.

En termes de pauvreté, les statistiques indiquent à 43,4 pour cent de la population avec moins de 1,25 $ par jour. Cela signifie vivre sous 38 $ par mois ou 35 € dans la monnaie européenne.

Et même dans la population active 56,4% vivent avec moins de 2,00 $. Cela signifie que le travail et l’emploi, ne sortent pas la population de la pauvreté, condamnant ainsi une masse énorme de la population au désespoir. Ceci est la pire condamnation.
Ce sont les statistiques de base et officielles, internationales depuis que l’Angola fait partie des agences.

Donc, ne se rendent pas compte comment le gouvernement annonce, le secrétaire à l’information de l’Ambassade d’Angola au Portugal, Stephen Albert, ose parler de statistiques. Elles sont là, et elles sont mauvaises.

Ils pleurent, mais pas de pleurer.
Nous devons faire face à la vérité et changer pour le mieux. Pour cela, il est essentiel de dénoncer et condamner les dirigeants qui volent le peuple angolais afin de les maintenir dans la pauvreté.
Il est crucial de signaler et traiter les dirigeants et leurs caudillos qui prouvent insensibles à la souffrance des Angolais. Ils se croient supérieurs simplement parce qu’ils ont beaucoup d’argent, un mode de vie luxuriante et de la demande que l’Angola est vue à travers ses extravagances et ses mensonges.

Par Rui Verde

Maka – 20 de Novembro de 2016

Traduction du portugais en français: jinga Davixa.

 

 

www.pdf24.org    Send article as PDF   

3 pensées sur “ANGOLA : LE REPORTAGE DE LA SIC ET L’ INSENSIBILITÉ DE “L’ ÉLITE”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Partager
Partager