ANGOLA : ET L’EUROPE ?… NE DEVRAIT-ELLE PAS ?…DÉCLARER LES ÉLECTIONS D’AOUT, ÉQUITABLES,…. JUSTES,…. LIBRES,…. DES MAINTENANT ???

L’Union européenne, pour paraphraser Bento Kangamba (illustre général du régime MPLA et neveu d’Eduardo dos Santos), n’ont pas réalisé que le royaume n’est pas une colonie … elle a exhorté le gouvernement angolais de signer un protocole d’entente préliminaire pour l’observation des élections générales du 23 Août, une demande qui a été refusée, a déclaré le ministre des Affaires étrangères de l’Angola, Georges Chikoti.

L’Union européenne a été l’une des entités invitées par la Commission électorale nationale (CNE), nommée par le Président de la République, afin d’observer les élections générales angolaises, telles que, entre autres, l’Union africaine, la Communauté des pays de langue portugaise (CPLP), ou communautaire Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC).

« L’invitation est ouverte. Mais nous ne voulons pas d’accords spécifiques avec chacune de ces organisations. Celui qui voudra, et qui vient ne veut pas, ne peut pas venir, mais le fait est que l’invitation est ouverte «, a déclaré Georges Chikoti, cité dans l’édition d’aujourd’hui du régime, La Pravda,  Jornal de Angola.

Le ministre a dit, selon les ordres supérieurs de Eduardo dos Santos via le général Kopelipa  (ou était-ce l’inverse ?) Que le mémorandum proposé par l’Union européenne prévoit le mouvement et la visite des observateurs dans tout le pays, ce qui nécessite encore l’élément de sécurité qui, a déclaré Georges Chikoti, qui a engagé le gouvernement angolais.

« Mais cela ne signifie que nous devons signer un protocole d’entente avec l’un des observateurs », a déclaré le ministre, ajoutant que les seules institutions avec lesquelles l’Angola a signé des traités spécifiques sur l’observation des élections sont l’Union africaine et de la SADC.

 

« A part cela, nous n’avons aucune obligation envers les autres. Voilà comment fonctionnent les élections sur le continent. Et ne vous attendez pas à ce que quiconque vienne à nous imposer sa façon de voir les élections et nous donner une leçon, mais aussi nous n’avons pas l’intention de donner des leçons en matières d’élections « , a dit le ministre, visiblement contrarié par le fait qu’il y ait des agents externes à vouloir prouver que le MPLA avait déjà gagné avant même les élections……???

Pourtant, il a insisté sur le fait que l’UE « est invitée, comme d’autres organisations, » d’observer les élections en Angola. Il ne sera pas des élections proprement dit, mais plutôt un simulacre.

Les observateurs de la SADC doivent venir en Angola 2 semaines avant les élections du 23 Août et les représentants de l’Union africaine la dernière semaine. 

 

Et pourquoi l’Europe ?.. demande le MPLA…

La mission exploratoire de l’Union européenne avait déclaré le 13 mai de cette année être de l’intérêt des autorités angolaises d’éviter des observateurs internationaux aux élections, ce qui confirme ce que le Folha 8 avait écrit le 2 de ce mois 

« Le MPLA a déjà commandé pour l’Europe,…

de serviles et canines flatteries… » .

Prenant la parole à la Voix de l’Amérique, le chef de la délégation de l’UE en Angola, Thomas Ulicny avait même admis que, malgré les discussions tenues avec les institutions menant le processus électoral (MPLA au sage), il semble y avoir intérêt, pour le gouvernement angolais, d’éviter des observateurs internationaux lors des prochaines élections de Août.

Même veiller à ce que l’Union européenne enverrait, comme par le passé, des observateurs muets et aveugles généralement sourds à « surveiller le processus électoral en Angola », qui gouverne le pays, le MPLA, n’est pas par des ajustements.

Regardons avec une certaine attention qui sont les autorités compétentes d’inviter des observateurs (supposées). 

La CNE  (lire MPLA),

Président de la République (38 ans au pouvoir sans être jamais nominalement élu et président du MPLA),

L’Assemblée nationale (largement dominée par les fiefdom du MPLA),

la Cour constitutionnelle (Aréopage domptée par le MPLA).

Par conséquent, il est préférable de continuer à déléguer son observation peut-être l’Union européenne. à savoir le MPLA. Il est tout dans la famille et ne pas avoir à faire la reddition soumise aux couleurs fragiles de l’indépendance.

Idéal, idéale serait l’option Union européenne pour l’Union africaine et la stratégie de la CPLP et faire rédiger  à l’avance le rapport sur les élections (libres, démocratiques, transparentes, équitables, et que sais-je ?… etc…) et l’envoyer, pour être approuvé par le MPLA,… en temps voulu…

Il est que les vérités en Angola il y a des dates d’expiration et si elle est dépassée…, constituent un crime contre la sécurité de l’État et même une tentative de coup d’État.

De plus, il est mauvais, très mauvais, pour l’UE d’envoyer des observateurs dans le plus démocratique et le plus transparent Etat de droit du monde, l’Angola.

 

 

 

 

Est-ce que, par hasard, les Européens ne savent-ils pas ? que le royaume du MPLA serait la Corée du Nord ou la Guinée équatoriale ? Franchement ?…

Il est que de faire des figures ours ou clown, les observateurs européens pourraient bien continuer à agir exclusivement dans leur cirques confort.

Cette année ne sera pas différente….

 dimanche le 16 juillet 2017

Traduction du portugais en français : jinga Davixa

 

 

 

www.pdf24.org    Send article as PDF   

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Partager
Partager