ANGOLA : DANS LE FAUTEUIL…ÉMÉRITE, LE POUVOIR N’A QUE PLUS DE CHARME…

Le nouveau président angolais, João Lourenço, a présidé pour la première fois, la réunion du rôle du Cabinet, en supposant qu’il est titulaire du pouvoir exécutif, une réunion qui, entre autres, a servi à répondre à la préparation du budget de l’État ( OGE) à 2018.

En dépit des promesses d’un plus maigre exécutif que le précédent, le gouvernement actuel ana fado travaille avec 32 ministres, dont le dernier, Jesus Faria Maiato, a prêté serment aujourd’hui, juste avant la réunion, au Palais présidentiel, en tant que ministre de l’Administration publique, du travail et de la sécurité sociale, après Afonso António Rodrigues Paulo a été demis par João Lourenço quelques jours après la nomination au poste, pour ne pas avoir assisté à l’inauguration.

Un autre cas similaire à Antonio Rodrigues Afonso Paulo a passé en 1975, quand Cornélio Caley n’a pas assisté à l’inauguration au poste de secrétaire d’État au Travail dans le gouvernement de transition, nommé par le MPLA.

Le Conseil des ministres a approuvé aujourd’hui les mesures politiques et les actions visant à améliorer la situation économique et sociale dans le pays qui devraient être mises en œuvre à partir de ce mois jusqu’en mars 2018, selon la déclaration.

Ainsi, dans un cadre stratégique qui donne tout ce que le gouvernement veut modifier positivement déjà les attentes des agents économiques (secteur privé et les familles) pour le nouvel exécutif, afin de parvenir à la stabilité macroéconomique et à créer un climat favorable la croissance économique et la création d’emplois.

Reconnaître que même José Eduardo dos Santos, dans son âge d’or (qui étaient tous, le MPLA dira), ne réussirait pas. C’est du travail. C’est que cette stabilité macroéconomique et climatique propice à la croissance (économie et emploi) n’est pour aucun gouvernement …

Les membres du Conseil des ministres a également approuvé qui apparaît comme une tâche essentielle – l’organisation et le fonctionnement des organes subsidiaires du Président, la législation qui remet à zéro l’organique de ces organismes pour assurer l’exercice des fonctions et pouvoirs du Président de la République, Chef de l’État et Chef de l’Exécutif. Au cours de la session, a également approuvé les règles organiques du décret du Conseil des ministres qui vise à doter le corps d’une structure fonctionnelle adaptée aux pouvoirs du Président et du nouveau modèle d’organisation et de fonctionnement de l’exécutif.

Les membres du Conseil des Ministres a examiné une proposition de loi d’autorisation législative à envoyer à l’Assemblée nationale du MPLA (l’opposition il y a également donner l’air de la démocratie à une dictature qui a duré 42 ans) de mettre à jour le Tarif des douanes des taxes et droits d’accises, ainsi que des taxes sur la consommation applicables aux marchandises importées et produites dans le pays.

Au cours de la réunion, l’élu de João Lourenço (assisté par José Eduardo dos Santos) ont bénéficié, à titre préliminaire, un document sur la gestion décentralisée des ressources communautaires et la gestion du budget de l’État, et a recommandé la poursuite des travaux sur l’approbation finale de  cet instrument qui améliorera la collecte des recettes communautaires, augmentant ainsi la dotation budgétaire des administrations locales, offrant ainsi une meilleure qualité de vie dans les communes.

Il faut se féliciter, dès le départ, de l’engagement des ministres à offrir une meilleure qualité de vie dans les municipalités. Qui sait ?, vous savez.

Les membres du Conseil des ministres, ainsi Angop les attire (certainement déjà remarqué les premiers effets des enseignements de l’expert João Melo, ministre de la Communication Sociale) ont été informés du processus de préparation du budget de l’État et le calendrier mis à jour du Programme d’investissement public (PIP) / 2018, ainsi que la mission de l’Angola aux réunions annuelles du Fonds monétaire international (FMI) et de la Banque mondiale.

Comme l’affirme le ministre Joao Melo, les journalistes doivent dans leur travail encadrer les faits. Et l’Angop n’a pas oublié que, rappelant (cadrage) que le Conseil des ministres est l’organe consultatif du Président, qui peut déléguer, en l’absence ou d’empêchement temporaire, le Vice-Président de la République le droit de présider les réunions.

Et comment les Angolais ne sont pas familiers avec ces politiques modernités de la démocratie, l’agence de nouvelles explique que « en plus du Président et le Vice-Président de la République, le Conseil des ministres est composé de tous les ministres d’État et des ministres. »

Dans Gouvernement João Lourenço, de la direction précédente de José Eduardo dos Santos, maintenir le même Barros Angelo Veiga Tavares da dossiers (ministre de l’Intérieur), Augusto Archer Mangueira (Finance), Marcos Alexandre Nhunga (agriculture et des forêts), Bernarda Martins (Industrie), João Baptista Borges (Energie et Eaux), Augusto da Silva Tomás (Transport), Victória de Barros Neto (Pêche et Mer) José Carvalho da Rocha (Télécommunications et technologies de l’information) et Carolina Cerqueira (Culture).

 mardi le 10 octobre 2017

Traduction du portugais en français : jinga davixa

Partagez cet article

 

 

   Send article as PDF   

2 pensées sur “ANGOLA : DANS LE FAUTEUIL…ÉMÉRITE, LE POUVOIR N’A QUE PLUS DE CHARME…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Partager
Partager