CONGRÈS : Le MPLA a interdit l’accès à de nombreux journalistes…

Le MPLA est honnête car il n’a jamais dit à aucun journaliste que la démocratie devait être une pratique avec la même force du texte. Par conséquent, pour être honnête, les journalistes réclament (certains) l’exclusion de la couverture du 6ème Congrès du MPLA. Comme c’est historique, les enfants sont une chose et les beaux-enfants ne sont rien.

     ..la liberté de la presse…

 En ce qui concerne ce qui est écrit dans la Constitution sur la liberté de la presse et le multipartisme, il a déjà été un progrès remarquable pour permettre à ces journalistes bandoleiros d’être dans le périmètre de l’événement. Alors, bien sûr, notre gratitude est grande.

En outre, les organes du parti, en raison de l’absence de publics, qui incarnent Goebbels, sont les représentants informatifs uniques et fidèles du MPLA, avec hébergement, dans l’art.23. de la CRA (Constitution de la République d’Angola), car les autres sont des parias. Et être paria dans ce contexte est un privilège accordé par ceux qui ont acheté le pays il y a près de 43 ans.

..les autres journalistes sont des parias ?..  ..les autres journalistes sont des parias ?.. ..les autres journalistes sont des parias ?.. des parias ?..

Et c’est ce que nous devons donner raison et reconnaître, vieux Jonas Malheiro bien averti : 

« Ces gars-là ne changent pas. » ….

« Ces gars-là ne changent pas. » …. 

  « Ces gars-là ne changent pas. » ….

Tout le monde n’a pas compris, tout le monde n’avait pas compris, que celui qui nous avait prévenu était notre ami. Et, bien sûr, quand vous ne comprenez pas le lion mange.  

Donc, pour ceux qui avaient des doutes, à propos de nos premières impressions, que rien ne changerait, sinon la volonté de ne rien changer. Cette transition de leadership baroque est la démonstration de la fidélité du MPLA à ses conceptions pour remplacer six (6) par une demi-douzaine. Et si ça ne marche pas, il va remodeler sa main et remplacer une demi-douzaine par six (6).

Marcolino Moco, reflétant la différence entre six heures et demie, donne un dans le haras et un autre dans le fer à cheval et parle de l’ouverture dans les médias par JLo, oubliant l’interdiction de la presse privée dans la couverture de cet événement.

Ce sujet de parler de « girafe » quand vous voulez parler de « fan tour » est éclairant. D’autre part, il a souligné le culte de la personnalité au nouveau seigneur et, en tant que grand stratège, Moco critique déjà cet appétit, souvent dirigé par le sien. Les choses

   ..José Eduardo dos Santos .. a sorti les gens de l’esclavage et les a emmenés sur la terre promise

Un autre délégué a déclaré, pour ne pas varier, que José Eduardo dos Santos mérite le respect car il a sorti les gens de l’esclavage et les a emmenés sur la terre promise. Comme promis, je n’ai pas dit, mais peut-être pas difficile de savoir, être le corrompu et les voleurs des deniers publics, car l’autre, les 20 millions de pauvres n’ont rien de plus que l’exclusion. 

..les 20 millions de pauvres n’ont rien de plus que l’exclusionsur la terre promise
…plus que l’exclusion

Cependant, on sait que le président sortant du MPLA, José Eduardo dos Santos, a démissionné de ses fonctions aujourd’hui à Luanda, en supposant qu’il avait commis des erreurs pendant presque 40 ans au pouvoir en Angola, tout en veillant à ce qu’il le quitte érigé « .

  ..à suivre les traces de nos héros…

« Il est bien sûr pas d’activité humaine sans erreur et supposons que aussi les faits, pour que de cette façon que nous pouvons les surmonter », a déclaré un autre ancien chef de l’Etat angolais (1979-2017), dans son discours d’ouverture du sixième congrès un parti extraordinaire du MPLA, appelé à élire le déjà élu João Lourenço en tant que nouveau chef du parti.

« C’est ma dernière intervention en tant que président du MPLA« , a-t-il déclaré en rappelant qu’il avait pris ses fonctions le 21 septembre 1979, après la mort du président et chef de l’Etat, António Agostinho Neto.

« Je tiens la tête haute dans ce grand conclave de notre parti », a-t-il déclaré, s’adressant aux plus de 2 000 délégués, alors qu’il était « prêt à faire passer la direction du parti au prochain président ». le nom de João Lourenço, vice-président et chef de l’Etat, qui sera élu aujourd’hui chef du MPLA.

« Je vous laisse mon modeste héritage, afin qu’ils continuent à suivre les traces de nos héros« , a-t-il déclaré, entre plusieurs moments des mains des délégués.

Partagez cet article

le 08 Septembre 2018

Traduction du portugais en français : jinga Davixa

 

www.pdf24.org    Send article as PDF   

8 pensées sur “CONGRÈS : Le MPLA a interdit l’accès à de nombreux journalistes…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Partager
Partager