ANGOLA : ARÃO TEMPO, L’AVOCAT MILITANT DES DROITS DE L’HOMME, MOLESTE A CABINDA…

L’ancien prisonnier politique Aaron Tempo, avocat et militant des droits de l’homme à Cabinda, a dénoncé a Folha 8 avoir subi des menaces et l’invasion de son domicile vendredi 13 octobre dernier, par les agents de la Police nationale et des services de migration Étrangers de la province.

Selon Folha 8 dit, les menaces se sont produites à sa résidence, située dans Cabassango, lorsque vinrent demander de l’aide, des personnes étrangères qui étaient victimes de la persécution, effectuée par des agents du ministère de l’Intérieur.

Avec arrogance, les agents se sont introduits dans la résidence de l’ancien président du Conseil provincial de l’Ordre des avocats angolais sans autorisation ni mandat judiciaire.

Devant l’avocat, les agents menottaient les étrangers et ils entamaient une séance de coups. Incapable de rester indifférent, Aaron Tempo a interrogé les agents et, en réponse, en plus d’être menacé, il a été accusé d’avoir donné un refuge illégal aux personnes étrangères dans la province. Il était sept heures du matin.

Une heure plus tard, d’autres agents de la PN sont entrés dans sa cour sans autorisation, cette fois dirigée par quelqu’un qui était dit «Commandant Mario». Aaron Tempo n’était pas à la maison, mais la famille dit qu’ils ont été menacés à nouveau.

« Ils ont menacé ma famille, y compris mon plus jeune fils, en disant que je me cachais à la maison et qu’ils porteraient plainte contre moi », a-t-il dit.

Réalisant qu’il n’avait rien à craindre, l’assura-t-il, il se rendit à l’escadron près de sa résidence afin de remettre en question ce que voulait le commandant. Sur les lieux, un agent a déclaré que « le commandant Mario ne venait pas de cette brigade mais appartenait à Fútila« , une zone d’exploration pétrolière.

Qui a également été victime de l’action de la police contre les étrangers est João Muanda, voisin d’Aram Tempo. Les portes et les fenêtres de sa maison ont été brisées. Dans cette pièce, c’était exactement du vol, parce qu’ils prenaient un ordinateur et d’autres « biens pour leurs intérêts »…

En arrivant à la maison, le propriétaire a été surpris par les portes et les fenêtres grandes ouvertes. Immédiatement, il s’est rendu au quartier Ngoma et a signalé l’agression au deuxième commandant qui, entre-temps, a signalé qu’il n’avait pas ordonné à ses subordonnés d’envahir la résidence du citoyen.

Un voisin, qui a assisté à l’action, a indiqué l’un des agents comme appartenant au groupe de l’invasion, mais le même a nié sa participation.

Le commandant de la police a sorti de sa propre poche mille cinq cents Kwanzas et remis au citoyen João Muanda pour payer les dépenses du charpentier pour la réparation des serrures et des fenêtres.

Il est rappelé qu’Aaron Tempo a été arrêté en 2015, accusé d’avoir recruté des journalistes étrangers pour couvrir une manifestation contre la mauvaise gestion et la violation des droits de l’homme dans la province.

En plus de Aaron Tempo, Marcos Mavungo avait également été arrêté et condamné à 6 ans de prison pour le crime de rébellion !!!…

 

 

 

 samedi le 14 octobre 2017

Traduction du portugais en francais : jinga Davixa –

E-mail : jingadavixa@franceangola.com

 

Partagez cet article

www.pdf24.org    Send article as PDF   
Partager
Partager